Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Isère : le vélo électrique a la cote depuis le déconfinement

-
Par , France Bleu Isère

La troisième édition du salon du vélo électrique se tient ce samedi 27 juin à Corenc, en Isère. L'occasion pour les vélocistes de faire connaître leurs marques et aux clients de tester les engins avant de passer à l'achat.

Difficile de choisir un modèle parmi l'offre du salon du vélo électrique de Corenc.
Difficile de choisir un modèle parmi l'offre du salon du vélo électrique de Corenc. © Radio France - Louise Buyens

Organisée par l'association Corenc village d'avenir, la troisième édition du salon du vélo électrique a lieu ce samedi 27 juin (de 10h à 18h) au plateau sportif de Corenc et regroupe quatre vélocistes. Initialement prévu le 16 mai, l’événement a été repoussé en raison de la crise sanitaire.

Quatre vélocistes exposent leurs modèles au salon du vélo électrique de Corenc cette année.
Quatre vélocistes exposent leurs modèles au salon du vélo électrique de Corenc cette année. © Radio France - Louise Buyens

Le vélo, notamment dans sa version électrique, fait de plus en plus d'adeptes partout en France et l'Isère n'y échappe pas. Une aubaine pour les vélocistes qui profitent de l'engouement pour augmenter les ventes. "Par rapport à la même période l'année dernière, on a fait une fois et demi le chiffre d'affaire", se félicite Guillaume Campredon, gérant de Vélo Dayak, situé à Saint-Martin-d'Hères. "Ça ne rattrape pas tout ce qu'on a perdu pendant le confinement mais si on continue comme ça, on aura bien rattrapé notre chiffre d'affaire d'ici six mois", espère le vélociste.  

Les ventes des vélos électriques explosent depuis la fin du confinement - Guillaume Campredon, gérant de Vélo Dayak.

Depuis le déconfinement, le phénomène prend de l'ampleur auprès de ceux qui ne voulaient plus prendre leur voiture et les transports en commun. "Ils se sont remis au vélo et au vélo électrique. Le déconfinement a été un gros déclic et ils valident l'acte d'achat", estime Guillaume Campredon.  

Mais les ventes en direct ne sont pas l'objectif du salon.  Ici, les potentiels acheteurs se renseignent et testent les vélos en conditions réelles avant de passer à l'achat. Le casque bien installé sur sa tête, Blandine enfourche un vélo électrique et part faire la montée du col de Vence. C'est là qu'elle habite et elle aimerait aller au travail à vélo électrique plutôt que de prendre la voiture, pour "l'écologie, l'environnement, l'évitement des bouchons et ne pas galérer à me garer", énumère-t-elle. 

Eric (à gauche) vient de tester un VTT électrique.
Eric (à gauche) vient de tester un VTT électrique. © Radio France - Louise Buyens

Eric revient justement de faire un tour en VTT électrique et il est satisfait de l'expérience : "C'est très agréable pour aller sur les chemins, c'est ludique. _Le vélo a l'air massif et lourd mais quand on est assis sur la selle ça monte tout seul_, on est extrêmement assisté", raconte le meylanais.

Pour Ingrid, l'objectif est d'acheter un vélo pour se rendre au travail. Elle hésite entre plusieurs modèles mais un vélo de route a retenu son attention "je ne sais pas encore combien il coûte, je laisse négocier mon mari", plaisante-t-elle à moitié. Car pour acquérir un vélo électrique, il faut compter entre 1.000 et 3.500 euros en moyenne

Une dépense qui n'a pas l'air d'effrayer les acheteurs car depuis le déconfinement, beaucoup de vélocistes sont en rupture de stock. Christelle a du mal à trouver un vélo à sa taille : "J'ai fait plusieurs magasins et pour trouver ma taille avec la forme qui va bien c'est difficile. J'ai l'impression que cette année, le déconfinement a poussé les gens à acheter des vélos", témoigne la cycliste. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu