Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

PHOTOS - J'ai testé le futur plan vélo d'Évreux, mon fessier aussi !

jeudi 19 juillet 2018 à 18:14 Par Laurent Philippot, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Évreux Portes de Normandie prépare son plan vélo. En 2019, la plus grosse agglomération de l'Eure disposera d'un plan vélo. Parmi les nouveautés, une boucle de 33 kilomètres à travers plusieurs communes et sites naturels. Il y aura aussi des aménagements en ville pour la sécurité des cyclistes.

Première pause pour se rafraîchir devant la maladrerie de Gravigny. La batterie du vélo de la cheffe de cabinet de la ville est à plat.
Première pause pour se rafraîchir devant la maladrerie de Gravigny. La batterie du vélo de la cheffe de cabinet de la ville est à plat. © Radio France - Laurent Philippot

Évreux, France

On ne sait pas encore si Évreux Portes de Normandie va rivaliser avec Amsterdam ou Strasbourg, mais l'agglomération semble vouloir prendre en main le dossier des déplacements doux. Ce jeudi 19 juillet, élus, usagers, professionnels, associations ou journalistes, ont découvert la boucle de 33 kilomètres qui ouvrira aux cyclistes à partir de 2019. 

33 kilomètres entre ville et campagne

9h00 Rendez-vous à l'hôtel d'agglomération dans le quartier de la Madeleine à Évreux. La direction de la communication ayant assuré les journalistes que c'était "une promenade de santé", je m'apprête à faire 33 kilomètres, une distance que je n'ai jusqu'à présent parcouru qu'en voiture. Thomas Kutchukian, chef du projet Plan vélo, nous explique le fonctionnement des vélos mis à notre disposition, des vélos à assistance électrique, merci !, qui devraient nous permettre de passer sans encombres la côte du Val Iton et la côte de la Madeleine, qui sont à Évreux ce que l'Alpe d'Huez est au Tour de France. 

9h15 Le peloton s'élance, l'humeur est plutôt joyeuse. Dans le quartier de la Madeleine, les voies réservées aux cyclistes sont matérialisées par un marquage au sol, ce qui est loin d'être le cas dans le reste de la ville. C'est justement l'objectif de l'étape d'aujourd'hui : se rendre compte des aménagements à faire pour sécuriser les déplacements. 

9h30 Premier arrêt pour le maire d'Évreux, Guy Lefrand

On le sait, les élus ont parfois la pression. Les pneus du vélo du maire Guy Lefrand aussi, ils n'ont pas résisté aux presque 100 kilos de l'élu - Radio France
On le sait, les élus ont parfois la pression. Les pneus du vélo du maire Guy Lefrand aussi, ils n'ont pas résisté aux presque 100 kilos de l'élu © Radio France - Laurent Philippot

Passage au centre-ville d'Évreux : les cyclistes sont les rois de la route

10h00 Un groupe d'une vingtaine de personnes, casquées, dans les rues d'Évreux, ça ne passe pas inaperçu, d'autant qu'on a un peu l'impression d'être seuls sur la chaussée. Nous n'étions effectivement pas très disciplinés, ce n'était pas une file indienne mais une grappe de cyclistes qui laissait parfois peu de place aux automobilistes. 

Qui a dit que travaux et vélos ne pouvaient pas faire bon ménage ?  - Radio France
Qui a dit que travaux et vélos ne pouvaient pas faire bon ménage ? © Radio France - Laurent Philippot
Promenade Robert de Flocques à Évreux, on peut admirer une des oeuvres du parcours de sculptures de la ville - Radio France
Promenade Robert de Flocques à Évreux, on peut admirer une des oeuvres du parcours de sculptures de la ville © Radio France - Laurent Philippot

Des pistes cyclables à créer dans la côte du val Iton

10h50 La côte du Val Iton, qui relie Gravigny au quartier de Saint Michel, n'est pas très raide, mais elle est longue. Une portion de route qui  "se joue à l'endurance" confie Mohamed Derrar, conseil municipal délégué aux cultures urbaines. Il faut dire que sur cette artère, dans les deux sens, les voitures roulent très vite. Une piste cyclable en propre, séparée de la chaussée, sera créée dès 2019. 

Parmi les surprises de la balade, cette décharge sauvage à proximité de la future passerelle piétons/cyclistes qui enjambera le boulevard des cités unies à Évreux - Radio France
Parmi les surprises de la balade, cette décharge sauvage à proximité de la future passerelle piétons/cyclistes qui enjambera le boulevard des cités unies à Évreux © Radio France - Laurent Philippot
Paris Normandie a envoyé son reporter le plus affûté, Vincent Folliot pour couvrir l'étape. A gauche du maire d'Évreux, Guy Lefrand, dans le quartier de Navarre - Radio France
Paris Normandie a envoyé son reporter le plus affûté, Vincent Folliot pour couvrir l'étape. A gauche du maire d'Évreux, Guy Lefrand, dans le quartier de Navarre © Radio France - Laurent Philippot

Après presque deux heures de pédalage, je me sens étonnamment bien. L'assistance électrique permet vraiment de doser son effort et la côte du Val d'Iton a été engloutie d'une traite. Le groupe atteint le panorama, lieu qu'a choisi France 3 Normandie pour faire son reportage. A la télévision publique, un reportage sur le vélo, ça se fait en voiture, alors qu'à France Bleu on mouille le maillot. 

Dominique Roussel, le président du Cyclo Loisirs d'Évreux, devant le panorama de Saint-Michel - Radio France
Dominique Roussel, le président du Cyclo Loisirs d'Évreux, devant le panorama de Saint-Michel © Radio France - Laurent Philippot
Sur le plateau de Saint-Michel, on croise des joggers, des marcheurs, des promeneurs de chiens - Radio France
Sur le plateau de Saint-Michel, on croise des joggers, des marcheurs, des promeneurs de chiens © Radio France - Laurent Philippot

Chute du reporter de France Bleu : journaliste, un métier à risque

11h30 Dans la forêt de Sain-Michel, la descente est accueillie avec plaisir. Une légère brise me fouette le visage, les arbres apportent une ombre bienfaitrice, un moment zen, et dire que je suis payé pour ça ! Mais attention à l'excès de confiance. Quand on n'est pas un roi de la pédale, difficile de tenir le guidon de la main gauche, téléphone dans la main droite (vous croyez qu'elles se font comment les photos de l'article ?), le tout dans une descente, avec des cailloux. Et là c'est la chute. La réflexion prend une micro-seconde : qui ou quoi sauver ? Le vélo ? Le téléphone portable ? Moi ? Et finalement, ce sera les trois à la fois, je passe par dessus la roue avant du vélo qui fait deux tours complets sur elle-même et j'atterris sur mes pieds (enfin presque). Bilan, une éraflure au vélo, une égratignure au tibia gauche ( il faudra prévenir le CHSCT). Mais le plus dramatique, le câble de l'assistance électrique s'est détaché. Mon vélo, lourd comme un cheval mort, redevient un vélo classique et moi un cycliste plus qu’ordinaire. 

Les derniers kilomètres : un chemin de croix

Dans la descente, l'absence d'assistance électrique n'est pas un problème. Le calvaire commence sur la voie verte, l'ancienne voie ferrée aménagée pour la randonnée ou le jogging. J'ai toujours cru que le chemin était plat, eh bien c'est faux ! C'est vrai, c’est un faux plat. Je suis loin loin derrière et depuis bien longtemps le peloton n'est plus visible. Et je peste contre moi-même d'avoir accepté ce reportage : je marmonne, je grogne, je sue ! Au bout du chemin, l'attaché de presse de la ville d'Évreux m'attend et m'accueille gentiment : "on se demandait où tu étais passé ! "

12h20 Boulevard Modeste Leroy : je n'en peux plus. Heureusement dans la rue, je connais Émilie. Ma bonne amie est chez elle, je sonne et en cinquante secondes, je vide un demi-litre d'eau pétillante. Vite, je repars, il reste encore la côte de la Madeleine à gravir. Richard, l'attaché de presse de la ville, m'attend au bout du boulevard. Il a une idée lumineuse. "Les cycles Chasserez, qui prêtent les vélos pour l'occasion, ont un camion. Ils ont proposé de venir de te chercher. Ça te dit ?" Et j'ai fini en camion. 

13h10 Je suis le bon dernier du peloton. Le point-presse prévu à l'issue de la balade est déjà fini et le maire, Guy Lefrand, est déjà reparti pour honorer d'autres rendez-vous.

13h25 Je m'assois dans la voiture France Bleu et mon fessier me rappelle que je viens de passer trois heures sur une selle de vélo. J'ai les fesses en compote. D'ailleurs, cet article, je l'ai écrit debout ! C'est promis, ce soir, j'appelle ma cheffe pour lui dire que je ne peux pas venir travailler demain. 

Votre humble serviteur, au départ du parcours, quand il était encore frais... ou à peu près - Aucun(e)
Votre humble serviteur, au départ du parcours, quand il était encore frais... ou à peu près - Vincent Folliot

Écoutez le reportage sur le Tour d'Évreux à vélo, 33 kilomètres