Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Jean-Pierre Barbier, président du département : "Si on nous laisse la possibilité de revenir aux 90 km/h, je le ferai"

-
Par , France Bleu Isère

Ce jeudi, Édouard Philippe s'est dit prêt à laisser les présidents des conseils départementaux assouplir la mesure des 80 km/h. En Isère, Jean-Pierre Barbier, président du conseil départemental de l'Isère, souhaite revenir aux 90 km/h.

La mesure a été vivement critiquée, notamment par les "gilets jaunes".
La mesure a été vivement critiquée, notamment par les "gilets jaunes". © Radio France - Cyrille Ardaud

Isère, France

Est-ce bientôt la fin des 80 km/h sur les routes iséroises ? Édouard Philippe est revenu, ce matin, sur cette mesure qui fait polémique depuis son entrée en vigueur le premier juillet dernier. Il se dit prêt à laisser les présidents des conseils départementaux l'assouplir. C'est en tout cas ce que prévoit un amendement du projet de loi mobilité porté par les députés de la majorité. En Isère, Jean Pierre Barbier, président LR du conseil départemental, a déclaré que s'il pouvait revenir sur cette mesure, il le ferait.

"Cette mesure n'a eu aucun effet sur le nombre de morts sur les routes"

"Sur le département de l'Isère malheureusement, cette mesure n'a eu aucun effet sur le nombre de morts sur les routes. On n'a pas non plus de diminution sensible du nombre d'accidents sur les départementales." confie Jean-Pierre Barbier. 

"Bien évidemment, si on nous laisse la possibilité de revenir aux 90 km/h je le ferai, car les routes accidentogènes sont déjà à 70 km/h donc pour nous cela ne changera rien en terme de sécurité. On sait que les accidents mortels sont dû au délit de très grande vitesse, à l'alcoolisme, à la consommation de drogues... Ceci n'est pas solutionné par une baisse de la limitation de vitesse. De plus, je trouve incroyable qu'on désorganise à ce point-là le pays puisque, en changeant de département, la vitesse va changer. En plus, elle ne sera pas la même entre une route nationale et une départementale. Comment l’automobiliste va s'y retrouver ?"