Transports

Juppé veut à nouveau du grand contournement de Bordeaux

Par Damien Gozioso, France Bleu Gironde dimanche 19 juin 2016 à 18:00

Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole et maire de Bordeaux.
Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole et maire de Bordeaux. © Radio France - Yves Maugue

Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de la métropole, met à nouveau sur la table le projet de grand contournement de Bordeaux pour délester la rocade de son affluence.

Nouveau rebondissement pour le projet de grand contournement. Cette semaine, à l'occasion d'une table ronde sur la mobilité dans les locaux de l'hôtel de la métropole, Alain Juppé s'est prononcé pour son retour. "Il va falloir qu'on se repose la question. Même à deux fois trois voies, la rocade n'épongera pas tout le trafic", a t-il lancé. Mais désormais, pas question d'engager de grandes constructions pour enjamber la presqu'île d'Ambès ou l'estuaire de la Gironde : "je réfléchis à relier, par des barreaux, les autoroutes qui convergent vers Bordeaux en élargissant les voiries existantes."

Dans les faits, trois autoroutes seraient donc concernées par le plan de celui qui est également le maire de Bordeaux. L'A89 vers Périgueux et qui constitue un axe vers Limoges et Orléans, l'A62 vers Toulouse et l'A63 vers Bayonne. Par ce fait, la volonté d'évacuer la rocade des poids lourds venus d'Espagne est claire. D'autant que près de 6500 poids lourds empruntent la rocade bordelaise chaque jour. Le président du Conseil Régional, Alain Rousset, serait "d'accord sur le principe" selon Alain Juppé qui lui a soumis ses propositions.

Un projet vieux de près de 30 ans

"Ce n'est pas une solution", répond une des opposantes historiques du contournement. Pour Colette Arnaud, présidente de l'association "Vivre avec le fleuve" qui regroupe des habitants de la presqu'île d'Ambès, il y a des projets déjà en discussion qui suffiraient à éponger la circulation autour de Bordeaux. "Le projet de deux fois deux voies entre Périgueux et Langon est une possibilité pour diminuer le trafic de camions. À ceci il faut ajouter davantage de TER pour les habitants du Blayais et du Cubzaguais qui viennent travailler en masse dans l'agglomération."

Le projet de la troisième voie réservée aux covoiturages a également été abordé. Portée par de nombreux élus, l'idée séduit Alain Juppé. Avant de nuancer ses propos : "il faut d'abord faire cette troisième voie avant de l'attribuer."

Vieux de près de trente ans, le projet de contournement remonte à la décennie 1980 à l'initiative du président du Conseil Général de l'époque, Philippe Madrelle. Il n'a jamais pu aboutir, l'État lui ayant toujours préféré l'élargissement de la rocade.