Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

L'autoroute A10 entre Tours et Poitiers à 2x3 voies ?

lundi 2 mai 2016 à 5:00 Par Vincent Hulin , France Bleu Poitou et France Bleu Touraine

Le projet est dans les cartons pour l'autoroute A10 entre Poitiers et Tours : Vinci Autoroute vient d'ailleurs de débuter des études pour imaginer la faisabilité d'un tel chantier. Un budget de 244 millions d'euros pour passer de 2 à 3 voies dans les deux sens.

Une autoroute
Une autoroute © Maxppp -

Poitiers, France

Ce tronçon d'autoroute en Poitiers et Tours est très emprunté, pour ne pas dire trop emprunté. Les travaux de construction de l' A10 remontent à la période 1973-1979. Cet axe est alors conditionné au trafic de l'époque. Aujourd'hui élargir avec une voix de chaque côté ne serait pas du luxe et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord l'A10 c'est pour plus de 20% des poids lourds qui circulent chaque jour et c'est beaucoup plus que la moyenne nationale. C'est aussi énormément de trajets journalier domicile-travail, notamment entre Poitiers et Châtellerault et même jusqu'à Tours pour certains. Et puis c'est aussi les périodes de vacances. Pour des automobilistes qui viennent du grand Ouest, de la région parisienne et qui veulent rejoindre le Sud Ouest pas d'autres choix : c'est minimum rejoindre l'A10 à hauteur de Tours et ne pas la quitter avant Poitiers.

Le coup d'accélérateur date de l'été dernier

L’État et les concessionnaires d'autoroute en août ont signé un nouveau contrat dont le deal est le suivant : les acteurs privés investissent sur les autoroutes et en échange on leur prolonge leurs concessions, elles devaient initialement se stopper en 2031 on les repousse à 2034. Vinci s'engage à investir pour 2 milliards d'euros pour son réseau et donc 244 millions pour ce fameux projet de rénovation et d'extension de l'A10. Des travaux 100% privés avec parfois des casse têtes notamment quand on pense aux nombreux ouvrages déjà existants:  comment élargir par exemple les ponts, les viaducs qui traversent des routes et des rivières ? Il faudra déconstruire pour mieux reconstruire.

Si aujourd'hui un cabinet réalise des relevés topographiques dans une bande de 10 mètres au delà des clôtures de l'autoroute, Vinci précise qu'elle possède déjà de nombreuses emprises de terrain, et que techniquement, une voie de plus ce n'est que 3,5 m de large.