Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L’activité des taxis affectée un peu plus par l'entrée en vigueur du couvre-feu

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse

Une activité déjà bien impactée par la crise sanitaire avec cet été pour les taxis avignonnais l'absence de Festival ou plus généralement dans le département beaucoup de touristes en particulier étrangers qui n'étaient pas présents.

Les taxis peuvent transporter des voyageurs qui arrivent en gare TGV après le couvre-feu ou des clients avec dérogation mais ils sont très rares
Les taxis peuvent transporter des voyageurs qui arrivent en gare TGV après le couvre-feu ou des clients avec dérogation mais ils sont très rares © Radio France - Aurélien Accart

Beaucoup de taxis évoquent depuis mars dernier un chiffre d'affaires réduit de plus de moitié. Pierre, taxi à Avignon constate : « C’est très calme, il n’y a plus personne. Il n’y a plus de circulation, plus de touristes. Tout ce qui était colloques, rassemblements pour les sociétés n’y sont plus. Les représentants ne viennent pas. Ils font tout par télétravail et c’est autant qui pénalise, quoi. »

Du côté de la Chambre syndicale des Artisans Taxis du Vaucluse avec maintenant le couvre-feu, Jean Capezza  son président confirme : «  Déjà qu’on n’avait pas le Festival ni les touristes étrangers, avec le couvre-feu après 21 heures le soir, il n’y a plus personne. Reste les taxis en stationnement à la gare TGV car avec les TGV il y a quand même un peu de monde qui descend. Mais sinon l’activité normale de la ville c’est mort. »

Les transports médicaux par taxis restent les seules courses qui se maintiennent

"Sinon en ce qui concerne le département, mes collègues ont quand même des transports médicaux à honorer puisque l’État préconise à continuer d’aller consulter.

Quant au point de vue sanitaire, nous devons avoir une vitre séparative et à chaque course on désinfecte le véhicule et on ouvre les vitres pour aérer. Et nous sommes porteurs de masques si nous n’avons pas cette vitre de séparation. Et pas le droit de charger plus de trois personnes sauf de la même famille et tous les passagers avec masques.»   

Les taxis comptent les  indemnité pour perte d’activité mais aussi désormais sur la simplification des modalités d’accès aux prêts exceptionnels ainsi que les aides du plan tourisme en place jusqu'au 31 décembre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess