Transports

L'aéroport de Nice, une des approches les plus difficiles d'Europe

Par Florian Cazzola, France Bleu Azur samedi 10 septembre 2016 à 6:00

Près de 250 avions décollent et atterrissent tous les jours à Nice en période estivale.
Près de 250 avions décollent et atterrissent tous les jours à Nice en période estivale. © Radio France - Florian Cazzola

Le Boeing 737 de la Turkish Airlines n'a pas suivi la trajectoire prévue pour atterrir à l'aéroport de Nice, d'après les conclusions de la Direction de la sécurité de l'Aviation civile. Cet incident n'est pas une première. Nice est considéré comme l'un des aéroports les plus dangereux d'Europe.

L'avion de la compagnie Turkish Airlines a survolé Nice à seulement 180 mètres d'altitude, vendredi 27 août. La Direction de la sécurité de l'Aviation civile (DSAC) a publié les conclusions de son enquête. Le Boeing 737 n'a pas respecté la trajectoire initialement prévue pour atterrir à l'aéroport de Nice Côte d'Azur, ce qui a obligé le commandant de bord à remettre les gaz. Cet incident n'est pas isolé, il traduit la difficulté pour les pilotes de se poser sur les pistes niçoises. L'aéroport azuréen est considéré comme l'un des plus dangereux d'Europe.

Laurent, commandant de bord chez Easy Jet et basé à Nice.

"Une des approches les plus difficiles en France"

L'aéroport de Nice est composé de deux pistes, la 04 et la 22. En fonction des conditions météorologiques, les pilotes empruntent l'un des deux itinéraires à leur disposition, avec néanmoins de nombreuses contraintes dues à la proximité avec les habitations littorales (nuisances sonores notamment). Il n'est pas rare qu'un pilote manque sa descente et recommence sa procédure d’atterrissage. Dans le cas où le pilote rate son atterrissage à deux reprises, il est obligé de poser son avion sur un autre aéroport, celui de Marignane (Marseille) est généralement privilégié dans cette situation.

C'est une des approches les plus difficiles en France à cause des conditions météorologiques. La situation géographique de l'aéroport entre mer et montagne rend l’atterrissage très technique. Nous devons éviter le survol des villes comme Antibes, ce qui nous oblige à faire plus de manœuvres avant de poser l'appareil à Nice. Pierre est pilote Air France, il réalise deux allers-retours quotidiens entre Nice et Paris Orly.

Une des plus belles approches du monde

Contrairement à la plupart des aéroports français et européens, les pilotes "atterrissent à vue" à Nice, sans l'aide de leurs appareils électroniques. De plus, les commandants de bord doivent respecter une descente de 3.5 degrés, contre 3 degrés habituellement. La pente est donc plus abrupte et rapide qu'ailleurs.

"Il faut anticiper la vitesse de l'appareil et ralentir beaucoup plus rapidement, détaille Laurent, pilote chez Easy Jet. Nous devons faire attention à stabiliser l'avion pour qu'il n'accélère pas pendant la descente. On est à 400 mètres d’altitude environ quand nous entamons notre dernier virage pour nous positionner face à la piste. Normalement, nous nous présentons devant la piste d'atterrissage à 1000 mètres d'altitude."

Tous les pilotes avouent tout de même leur plaisir d'atterrir à Nice, "une des plus belles approches du monde avec les Alpes et une vue plongeante sur la côte d'Azur". Au plus fort de la période estivale, près de 250 avions décollent et atterrissent tous les jours.

REPORTAGE - Nice est un des aéroports les plus difficiles d'Europe.