Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'aéroport de Roissy se dote d'une cellule de renseignement

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu
Aéroport Charles de Gaulle 1, Tremblay-en-France, France

Pour faire face, notamment, au risque terroriste, et pour mieux surveiller les 86.000 employés de la "zone rouge" de l'aéroport, une cellule de renseignement est créée à Roissy Charles-de-Gaulle. 25 agents arrivent au mois de juin.

Des policiers à Roissy en novembre 2015
Des policiers à Roissy en novembre 2015 © Maxppp - Olivier Lejeune

A Roissy Charles-de-Gaulle, 86.000 personnes ont actuellement un badge pour travailler en "zone rouge", c'est à dire dans la zone où les passagers n'accèdent qu'avec leurs cartes d'embarquement, une fois passés les contrôles. Afin de mieux contrôler ces agents d'entretien, de restauration et autres personnels navigants, une cellule de renseignement va voir le jour le mois prochain dans l'aéroport. 2 agents sont déjà en poste et elle comptera en tout 25 policiers de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris.

86 badges retirés depuis 2015

Le projet a été accéléré après les attentats de l'année 2015 pour "développer la surveillance" explique-t-on dans l'entourage du préfet délégué aux aéroports de Roissy et du Bourget. Depuis l'an passé 86 badges d'accès à la zone rouge ont été retirés, pour la plupart en raison de leur pratique religieuse considérée comme radicale par les services de renseignement. Mais les services du préfet délégué précisent qu'aucun agent de sûreté n'est concerné. Ils sont 6500 et tous ont été contrôlés récemment et en priorité.

Avec cette nouvelle cellule de renseignement l'objectif est aussi  de mieux centraliser l'information, car elle comptera également des représentants de la police aux frontières, de la gendarmerie et des douanes, qui travaillent déjà sur le site de l'aéroport.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess