Transports

L'américain Hyperloop TT et sa capsule supersonique implante son centre de recherche à Toulouse

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse mardi 24 janvier 2017 à 16:35

Le site de Francazal disposera d'une piste de test mais contrairement aux images de synthèse, rien ne sera visible du public.
Le site de Francazal disposera d'une piste de test mais contrairement aux images de synthèse, rien ne sera visible du public. - Agence François Leclerq

La science-fiction débarque à Toulouse, avec l'installation prochaine du centre de recherche et de développement européen de la start-up californienne HTT, l'une des entreprises qui exploitent le projet Hyperloop, une sorte de capsule terrestre hyper-rapide. Explications.

La technologie Hyperloop est basée sur un système de lévitation magnétique passive, une sorte de capsule terrestre qui passerait par des tuyaux, capable de transporter des passagers ou des marchandises à près de 1.300 km/h (vitesse maximale). Dans les rêves les plus fous d'Hyperloop Transportation Technologies (HTT), on pourrait alors aller de Toulouse à Montpellier en... 24 minutes, au lieu de 2 heures 20 en voiture ! "Dans les rêves les plus fous", car pour l'instant Hyperloop TT réalise des images de synthèses prometteuses mais le projet, en délais, en montant et en faisabilité, reste bien abscons.

Une idée qui fait rêver mais impossible d'en chiffrer la faisabilité

Pas question donc de vous faire croire que ce moyen de transport sera votre réalité dans les prochaines années. En revanche, ceux qui pensent cette technologie ont en effet choisi Toulouse et l'ancien aéroport militaire de Francazal au sud-ouest de la ville, pour y installer leur laboratoire, une académie et une piste d'essai d'un kilomètre de long qui permettra de tester les premiers protoypes.

Il y a beaucoup de projets qui paraissaient fous et qui ont abouti. Regardez Latécorère et l'Aéropostale, personne n'y croyait il y a un siècle ! Si cette technologie est possible, elle le sera depuis Toulouse, c'est cela le plus important. C'est encore la preuve que Toulouse est la vilel qui monte. — Jean Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole

L'idée de capsule supersonique a été lancée par un milliardaire américain, Elon Musk, il y a 5 ans. E t plusieurs start-ups de la Silicon Valley travaillent depuis sur cette idée de train du futur dont la crédibilité ne convainc pas tout le monde.

Beaucoup de spécialistes sont sceptiques, Hyperloop reste vaporeux pour eux. Nous n'avons à disposition que des idées ou des vidéos. — Romain Jeanticou, journaliste Télérama qui a essayé d'enquêter sur Hyperloop

Le centre de recherche d'Hyperloop se situera juste à côté des pistes de Francazal. - Aucun(e)
Le centre de recherche d'Hyperloop se situera juste à côté des pistes de Francazal. - Agence François Leclerq

Les collectivités et l'Etat sortent le chéquier pour que l'Hyperloop naisse en Occitanie

La start-up californienne n'a en aucun cas de projet tangible en métropole, encore moins en Occitanie. Mais l'important pour les acteurs politiques et économiques de la région, ça n'est pas tant que les Toulousains ou les Montpelliérains voyagent un jour à bord de la capsule supersonique, mais plutôt de pouvoir dire un jour : "L'Hyperloop est né chez nous !".

L'obstacle numéro 1 pour passer du laboratoire à l'application, c'est l'absence de norme sécuritaire rappelle Jean-Luc Maté fondateur du cluster "Transports Terrestres Intelligents" en Occitanie. "Que font-ils ? ils prennent la réglementation de l'aéronautique, du ferroviaire ? il faut créer une ingénierie capable d'éditer ces normes. Et ici à Toulouse, nous avons des instituts, des fondations capables de travailler sur ces normes". Et c'est d'ailleurs ce savoir faire qui a séduit HTT, son cofondateur l'italien, Bibop Gresta n'est pas avare de compliment à propos de Toulouse : "Vous avez un écosystème génial ici, qui met ensemble les innovateurs, l'argent et les universités. C'est une plateforme incroyable pour l'innovation"... Et des des partenaires publics prêts à l'aider : 15 millions d'euros de crédit d’impôt recherche, le programme Investissements d'avenir auquel HTT peut prétendre, la mise à disposition du foncier par l'Etat. Toulouse Métropole refuse de communiquer d'éventuels montants. Et la Région Occitanie déboursera entre un à cinq millions d'euros répartis entre les travaux de rénovation à Francazal, l'aide immobilière et divers contrats. Hyperloop TT promet de son côté d'investir à Francazal 30 millions d'euros dans les trois prochaines années.

Les deux dirigeants d'Hyperloop (à gauche) sont venus à Toulouse ce 24 janvier, reçus par le préfet, le président de Toulouse Métropole et la présidente de la région Occitanie. - Radio France
Les deux dirigeants d'Hyperloop (à gauche) sont venus à Toulouse ce 24 janvier, reçus par le préfet, le président de Toulouse Métropole et la présidente de la région Occitanie. © Radio France - Bénédicte Dupont

Toulouse, quartier général de l'ingénierie d'Hyperloop en Europe

Tout l'éco-systeme autour des transports intelligents emploie 120.000 personnes dans la région. Et Francazal y joue un rôle clé dans sa reconversion entre le Village des Drones, la robotique et les véhicules autonomes. Jean-Luc Maté, est le vice-président en charge de statégie et développement de Continental Automotive et créateur du cluster Automotech à Toulouse, il dirige aussi l'inter-cluster "Transports terrestres intelligents" en Occitanie.

Il faut que leur système soit industrialisable et le savoir-faire régional c'est cela, combiner des matériaux, des technologies — Jean Luc Maté créateur du cluster Automotech en Occitanie

Ce qui leur manque c'est l'industrialisation. C'est notre savoir-faire à nous" Jean-Luc Maté

Un quart de la recherche et développement aérospatiale française est à Toulouse. Et la région Occitanie regroupe 15.000 chercheurs, c'est la première de France en R&D.

Les capsules, grâce à la lévitation magnétique passive, pourraient voyager à 1300 km/h. - Aucun(e)
Les capsules, grâce à la lévitation magnétique passive, pourraient voyager à 1300 km/h. - Hyperloop

Hyperloop est développé par plusieurs start-ups, Hyperloop TT mais aussi Hyperloop One dans laquelle a investi la SNCF, à ne pas confondre. Pour le moment, la Corse est à la tête du seul projet français Hyperloop One retenu dans une short-list de 35 dans le monde. Les insulaires ont imaginé la réalisation d’une liaison entre la Corse et la Sardaigne, deux îles qui ne seraient séparées que de quelques secondes grâce au train du futur

CHIFFRES CLÉS - Toulouse Métropole

  • *85.000 emplois dans l'aéronautique
    *
  • *38.000 dans le numérique
    *
  • *12.000 dans le spatial
    *
  • 12.000 dans la filière automobile

LIRE AUSSI ► Hyperloop : la Corse déboule à très grande vitesse