Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

L'annulation d'un projet d'extension d'une nationale en Belgique ne passe pas du tout dans la Sambre

-
Par , France Bleu Nord

Le nouveau gouvernement wallon a décidé d'annuler l'extension de la N54 entre Lobbes et Erquelines, 11 km qui permettaient aussi le désenclavement côté français, le président de l'agglomération Maubeuge Val de Sambre demande au ministre président de rectifier sa copie.

Photo d'illustration route belge
Photo d'illustration route belge © Maxppp - Maxppp

Maubeuge, France

Le nouveau ministre de la mobilité wallon Philippe Henry a décidé d'annuler 6 projets autoroutiers pour privilégier la mobilité douce, un de ces projets impacte directement la Sambre, celui de l'extension de la N54 entre Lobbes et Erquelines. 

Un tronçon de 11 kilomètres qui était le dernier chaînon après le doublement de la RN2 et le contournement de Maubeuge pour désenclaver le territoire en le mettant à moins d'une demie -heure de Charleroi, centre économique avec un aéroport international.

De quoi faire réagir Benjamin Saint-Huile, le président de l'agglomération Maubeuge Val de Sambre, qui demande une table ronde à Elio Di Rupo, ministre président wallon.

Cette décision, elle tombe comme un couperet, sans aucune discussion préalable,  et surtout elle oublie la réalité de la cohérence avec les investissements français. Il manque le barreau définitif qui permet d'être sur nos 2 jambes et d'être en situation d'être reliés d'un point à l'autre

Chez nos voisins, les élus grincent aussi des dents

De l'autre côté de la frontière de Jeumont, à Erquelinnes, le Bourgmestre n'apprécie pas du tout cette annulation soudaine de ce projet vieux de 40 ans.  Au delà de l'occasion ratée de se rapprocher de Charleroi, l'élu craint l'augmentation du trafic dans les villages belges avec les nouvelles infrastructures françaises

Ça va être l'enfer, et tout ça pour avoir en contrepartie peut-être de la mobilité douce. Les gens ont plus besoin de route pour aller travailler que des pistes pour aller se promener.

Lui aussi va interpeller le ministre président wallon, et Benjamin Saint-Huile n'exclue pas des actions transfrontalières si leur message n'est pas entendu.

Choix de la station

France Bleu