Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

L'Auvergne filière d'excellence pour la mobilité : l'exemple de la navette autonome

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

La mobilité de demain reste encore à inventer mais l'Auvergne a beaucoup d'atouts pour développer des technologies du futur. C'est le cas de la navette autonome mise en point par des chercheurs clermontois et fabriquée par Ligier.

La navette EZ10 sur son circuit d'essai sur la plateforme Pavin des Cezeaux
La navette EZ10 sur son circuit d'essai sur la plateforme Pavin des Cezeaux © Radio France - Emmanuel Moreau

Clermont-Ferrand, France

Son petit nom de code est EZ10 (prononcer easy ten). Elle est couleur fleur de lave, clin d’œil au tramway clermontois. Mais cette navette n'a pas besoin de rail pour se guider. Une caméra à l'avant, une à l'arrière suffisent pour que le véhicule modélise son itinéraire et puisse le parcourir tout seul ensuite, malgré les obstacles éventuels. Elle peut transporter douze personnes, six assises et six debout et est équipée d'une plateforme d'accès pour les personnes à mobilité réduite.

Une version ancienne a été testée quelques mois en 2013 au CHU Estaing. Aujourd'hui, il y en existe une centaine qui sont expérimentées à travers le monde. Le véhicule est construit par Ligier, qui a suivi les chercheurs clermontois dans cette aventure. L'entreprise d'Abrest se charge de la fabrication et les ingénieurs de l'IMOBS3 (le laboratoire d'excellence mobilité innovante) de la conception de l'intelligence artificielle.

Cette navette autonome peut relier par exemple des sites industriels, des quartiers mal desservis, des parkings à un aéroport ou une gare, un grand hôpital. Elle n'entre pas en concurrence avec les transports en commun classiques mais est plutôt complémentaire. Seule difficulté, la convention de Genève qui interdit aux véhicules autonomes de circuler sans personnes à bord, capable d'intervenir en cas de problème. Cela complique sérieusement la rentabilité d'un tel système mais la réglementation pourrait évoluer.

Un futur Institut National Polytechnique

Le marché potentiel est énorme mais les chercheurs clermontois ne sont pas les seuls à travailler à ce genre de solution. Un marché mondial avec une concurrence mondiale. C'est pour cela que les collectivités soutiennent ce projet, par exemple la Région Auvergne - Rhône-Alpes, qui a fait de la mobilité une de ses filières d'excellence.

Et cette navette autonome n'est qu'un exemple des projets auxquels travaillent les ingénieurs clermontois. Une expérimentation de la recharge d'un véhicule électrique en roulant, par induction, pourrait avoir lieu sur le circuit de Charade. Il faut dire que l'induction électrique a été mise au point à Clermont par le professeur Alain Jaafari. Et pour être plus efficaces, les écoles qui travaillent sur EZ10 (Institut Pascal, Polytech et ISIMA) doivent se rassembler à la rentrée 2020 pour former l'Institut National Polytechnique.