Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'avenir de la ligne SNCF Tulle-Ussel via Meymac inquiète les élus

-
Par , France Bleu Limousin

L'examen de la loi Mobilité a commencé au Sénat. C'est elle qui doit apporter des réponses aux difficultés de transports. La municipalité de Meymac en profite pour exprimer ses craintes sur l'avenir de la ligne SNCF Tulle, Meymac, Ussel. Elle organise une réunion publique à ce propos ce jeudi.

Combien de temps un train s'arrêtera encore en gare de Meymac ?
Combien de temps un train s'arrêtera encore en gare de Meymac ? © Radio France - Philippe Graziani

Pour le maire de Meymac les craintes pour la ligne Tulle-Ussel sont sérieuses. Des petites gares ont déjà fermé. Et à Meymac  les horaires des guichets ont été réduits s'indigne Philippe Brugère : "Les guichetiers sont toujours là mais ils ont interdiction de vendre des billets". Et l'élu rappelle en outre que la liaison entre Ussel et Laqueuille dans le Puy-de-Dôme, a déjà été fermée définitivement

Des horaires inadaptés

Philippe Brugère rejette surtout l'argument de la faible fréquentation de la ligne. Le maire précise qu'à Meymac le train est utilisé par de nombreux salariés qui vont travailler notamment à Ussel, ou à l'inverse. Il cite également les étudiants. Camille est lycéenne à Tulle. Elle prend le train matin et soir. "Je n'aurais pas pu faire le bac que je fais s'il n'y avait pas eu la ligne". Philippe Brugère précise en outre que les horaires proposés par la SNCF "ne sont pas adaptés aux besoins". Une manière selon lui d'organiser "un service qui n'est plus rentable".

Les financements de l’État 

Philippe Brugère en appelle à la région Nouvelle Aquitaine. La loi Mobilité prévoit de donner aux régions la gestion des petites lignes. Mais pour Renaud Lagrave, vice-président en charge des transports à la région Nouvelle-Aquitaine rien ne pourra être fait sans les financements de l’État pour remettre les voies à niveau. "Ce n'est pas la Région qui régénère les voies qui appartiennent à l’État et à la SNCF. Selon une étude récente il faudra 1,2 milliard d'euros pour régénérer tout le réseau SNCF en Nouvelle Aquitaine. La réunion publique à Meymac a lieu ce jeudi à 18 heures à la salle polyvalente en présence des autres maires concernés, en particulier de Tulle, Ussel et Egletons.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess