Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

A Belfort, l'entreprise TRF gérante du réseau suburbain d'Optymo liquidée

mardi 22 mars 2016 à 20:35 Par Hugo Flotat-Talon, France Bleu Belfort-Montbéliard

A Belfort, l'entreprise TRF qui gère une partie du réseau suburbain d'Optymo a été placée en liquidation judiciaire mardi par le tribunal de commerce. Elle cessera toute activité au 30 avril. Les bus continueront de circuler jusque-là mais les salariés de TRF sont inquiets pour leur avenir.

Un nouveau réseau de bus suburbain sera mis en place le 1er mai.
Un nouveau réseau de bus suburbain sera mis en place le 1er mai. © Maxppp - Maxppp

Belfort, France

Il y a peu, le SMTC qui gère Optymo avait mis fin au contrat pour les bus suburbains avec l'entreprise TRF basée à Bourogne. Privée de contrat, l'entreprise s'est déclarée en cessation de paiement la semaine dernière. Elle a été placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Belfort ce mardi. Un administrateur judiciaire a été nommé et l'activité continuera jusqu'au 30 avril, avant la disparition totale de TRF. "Le tribunal a bien compris les impératifs de service public", se satisfait l'avocate de TRF Valérie Dahan à la sortie de l'audience. Le réseau de bus ne devrait dont pas être impacté jusqu'à la fin de l'activité le 30 avril.  Le 1er mai Optymo lancera un nouveau réseau de bus.

Les salariés de TRF inquiets pour leur avenir 

Les 74 salariés de TRF devraient être transférés vers les entreprises qui géreront le nouveau réseau de bus suburbain. Mais ils ne cachent pas leurs inquiétudes : "On sera peut-être transférés mais qu'on ne nous dise pas qu'il y aura du travail pour tout le monde. Si le réseau est moins important, on ne pourra pas tous être repris et au final il y aura des gens au chômage", craint une salariée. Le SMTC évoque jusque là des changements concernant le transport à la demande.

La liquidation judiciaire est tout de même une forme de soulagement pour certains employés TRF. Les problèmes s'accumulaient dans l'entreprise depuis quelque temps. "Certains salariées n'ont pas touché l'intégralité de leurs salaires face aux difficultés de l'entreprise, il y en a même pour qui les RTT ont disparu", explique la déléguée syndicale Sabah Aissani. "On éspère que le liquidateur récupérera tout ce qu'on nous doit, on a fait un travail et on aimerait être payé en conséquence", ajoute une collègue.

Action en justice contre le SMTC

Le patron de la société TRF Hugues Romain va maintenant s'engager sur le terrain judiciaire. Pour lui les défaillances de ses services invoquées par Optymo pour rompre le contrat sont grossis et ne tiennent pas. Il va engager une procédure en justice pour la résiliation du contrat qui le liait à Optymo. Il aimerait des indemnités. Le SMTC assure avoir accumulé les plaintes des usagers et des élus du département depuis plusieurs années: retards, manque d'entretien des véhicules voire même excès de vitesse.