Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

L'épisode neigeux a causé 40% de casse en plus sur les TER de la région Centre

jeudi 15 février 2018 à 5:30 Par Jean Lebret, France Bleu Berry et France Bleu Touraine

+40% de casse sur les trains en l'espace de 24h. A la SNCF on dit ne pas avoir vu cela depuis cinq ou six ans car l'épisode neigeux a touché l'ensemble de la région Centre Val-de-Loire. Sur le site de maintenance de St Pierre des Corps, on gère les 110 rames de TER de la région.

Un technicien de maintenance répare un carénage
Un technicien de maintenance répare un carénage - Le technicentre de St Pierre des Corps

Indre-et-Loire, France

A la SNCF on dit ne pas avoir vu cela depuis cinq ou six ans car l'épisode neigeux a touché l'ensemble de la région Centre Val-de-Loire. Sur ce site de 14 hectares, on gère 110 rames de Trains Express Régionaux. Les blocs de glace, les congères, le givre sur la caténaire ont occasionné de nombreux  dégâts sur les trains. Des vitres voyageurs brisées, des pièces cassées sous les rames, les carénages des TER endommagés.

En 24h on a traité 40 rames qui étaient cassées, plus de 80% du parc a été impacté entre mercredi et jeudi. Christophe Albenque le directeur du technicentre de St Pierre des Corps.

Ce centre de maintenance qui tourne 24h sur 24 gère les 110 rames de la région et emploie 350 salariés. Depuis l'épisode neigeux les techniciens de maintenance sont d'astreinte pour réparer au plus vite les dégâts sur les machines.

Le problème c'est que les pièces de rechange ne sont pas forcément en stock. Il faut donc les commander.

Les camions ont subi exactement la même chose que nous, c'est à dire qu'ils n'avaient pas le droit de circuler et du coup on attendait les pièces. Elles sont arrivées que cette semaine, alors on traite les engins qui étaient en attente. On est en flux tendu car nous étions dépendant des approvisionnements. Christophe Albenque