Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Transports

L’éthylotest antidémarrage, une démarche extrêmement novatrice pour le délégué interministériel à la Sécurité routière

jeudi 14 mars 2019 à 7:52 - Mis à jour le jeudi 14 mars 2019 à 8:46 Par France Bleu Berry, France Bleu Berry

Le délégué interministériel à la Sécurité routière Emmanuel Barbe était l'invité de France Bleu Berry ce jeudi matin, il est revenu sur l'autorisation de l’éthylotest antidémarrage annoncée ce mardi. Les conducteurs contrôlés en situation d'alcoolémie pourront désormais bénéficier de cette mesure.

Le délégué interministériel à la Sécurité routière Emmanuel Barbe était l'invité de France Bleu Berry ce jeudi matin.
Le délégué interministériel à la Sécurité routière Emmanuel Barbe était l'invité de France Bleu Berry ce jeudi matin. © Maxppp - Thomas Padilla

Châteauroux, France

La Sécurité routière l'a annoncé ce mardi, après plusieurs expérimentations, l'éthylotest antidémarrage peut désormais remplacer la suspension du permis partout en France. Concrètement, un automobiliste contrôlé en situation d'alcoolémie pourra bénéficier de cet équipement sur décision préfectorale. Cela ne concernera pas tous les conducteurs cependant a expliqué Emmanuel Barbe ce jeudi matin sur l'antenne de France Bleu Berry. "On a essayé de sélectionner ceux pour lesquels ce système peut présenter un bénéfice notamment pour la récidive." 

Cette mesure est utile si elle dure entre 12 et 18 mois" - Emmanuel Barbe

L'objectif premier de cette mesure c'est réduire la récidive alors que les suspensions de permis n'ont pas montré leur efficacité. Pour le délégué interministériel à la Sécurité routière, l'important c'est la durée de cette mesure qui peut être prolongée par le tribunal, "ce que montre les usages internationaux c'est que cette mesure est utile si elle dure entre 12 et 18 mois" précise-t-il.

Ce dispositif se présente comme une alternative à la suspension de permis de conduire pour les personnes en état d’alcoolémie. La mesure était déjà testée dans sept départements : Drôme, Finistère, La Réunion, Loiret, Manche, Nord et Vendée. Ce dispositif est maintenant étendu sur la totalité du territoire.

Un équipement à la charge du conducteur

L'équipement du véhicule avec cet l'éthylotest antidémarrage est à la charge du conducteur, voire de son entreprise si elle en fait le choix. Cela reste assez onéreux, environ 1.200 euros mais la location serait beaucoup plus pratique pour Emmanuel Barbe qui compte sur la mise en place de la mesure pour faire baisser les prix. 

Le délégué interministériel qui souligne que la volonté est avant tout de "permettre à des personnes de continuer à conduire et du coup de ne pas, soit perdre leur emploi, soit se trouver dans une situation extrêmement difficile dans leur vie quotidienne." Emmanuel Barbe qui précise, c'est une démarche extrêmement novatrice parce qu'on essaie d'allier la protection de la société, quelqu'un qui roule en alcoolémie est très dangereux pour lui même et pour les autres et en même temps le désir de tenir compte du besoin de la voiture dans nos territoires." 

Réécouter l'interview d'Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière. Entretien : Régis Hervé