Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quel impact peut avoir la suspension des flux venus de Grande Bretagne pour 48h sur la Côte d'Opale ?

-
Par , France Bleu Nord

A l'annonce de la suspension des flux venus de Grande Bretagne à cause d'une nouvelle souche de coronavirus dimanche 20 décembre, les acteurs de la Côte d'Opale sont prudents. Pas d'inquiétude au port de Calais, mais quelques dégâts du côté de Boulogne sur Mer.

Pas d'embouteillages attendus du côté de Calais.
Pas d'embouteillages attendus du côté de Calais. © Radio France - Mathilde Dehimi

Dans la nuit de dimanche 20 décembre à lundi 21, à minuit pile, la France interdit aux poids-lourds, aux usagers du tunnel sous la Manche ou aux passagers des ferries de débarquer, et notamment à Calais, jusqu'à mardi soir minuit. Une incertitude de plus, qui inquiète plus à Boulogne sur Mer qu'à Calais.

Une baisse des flux à Calais ?

Le patron du port calaisien semble tranquille : il ne devrait pas y avoir d'embouteillages sur l'autoroute A16, aux abords du port ou d'Eurotunnel, car il est toujours possible d'exporter vers la Grande Bretagne. L'incertitude vient du côté des société de transport. "Est-ce qu'elle seront prêtes à envoyer leurs routiers de l'autre côté de la Manche sachant qu'ils ne pourront pas revenir avant 48h?" s'interroge Jean-Marc Puissesseau. Le risque serait non pas des embouteillages monstres, comme la semaine dernière à cause du Brexit : le plus gros du flux est passé selon lui. Le risque serait au contraire une baisse des flux à Calais, pour ne pas se priver d'un employé pendant deux jours. 

Capécure embarassé en plein rush des Fêtes

A Boulogne, on fait un peu la grimace. Si cette mesure avait été prise il y a quelques jours, ça aurait été catastrophique pour la zone Capécure, qui travaille des marchandises en provenance de le Grande Bretagne. Frédéric Cuvillier, le maire de la ville, assure que la grande majorité des commandes des entreprises, en plein rush de Noël, sont arrivées. Mais il reste encore des marchandises fragiles, "du homards, du poisson, des mets des Fêtes", qui sont bloqués sur la route. Comme un avant goût d'un Brexit sans accord pour nos voisins Anglais, qui ne peuvent plus exporter chez nous, glisse le maire de Boulogne. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess