Transports

L'inquiétude des salariés de Vélib' à Paris

Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris Région et France Bleu mardi 28 mars 2017 à 17:24

L'une des 1.262 stations Vélib', rue Jean-Jacques Rousseau à Paris (1er).
L'une des 1.262 stations Vélib', rue Jean-Jacques Rousseau à Paris (1er). © Radio France - Nicolas Olivier

En grève, les salariés de Cyclocity ont manifesté mardi devant l'Hôtel de Ville de Paris. Leur entreprise devrait perdre la gestion des vélos en libre-service à Paris dès la fin de l'année. Un choc après 10 ans de "bons et loyaux services".

Ils sont quasiment tous là, dans leur gilet jaune JCDecaux. Mécaniciens, régulateurs, agents de maintenance, opérateurs du service client... Les femmes et les hommes qui font tourner les Vélib' depuis bientôt 10 ans sont venus protester ce mardi matin sous les fenêtres de l'Hôtel de Ville où se tenait le Conseil de Paris.

Les 315 salariés parisiens de Cyclocity sont très remontés depuis qu'ils ont appris que le contrat de la filiale du géant de l'affichage ne serait pas reconduit. Sauf rebondissement, c'est en effet Smoove, une PME de Montpellier, qui devrait rafler la mise et le droit d'exploiter le parc de vélos en libre-service pour la période 2018-2033. Mais surtout, les employés s'indignent que l'appel d'offres ne mentionne aucune obligation pour le prestataire de reprendre le personnel existant. D'après nos informations, la société Smoove (35 salariés aujourd'hui) se serait toutefois engagée à le faire, mais on ignore dans quelle proportion, et à quelles conditions. Pour les gros bras et les petites mains des Vélib', le risque est réel de se retrouver sur le bord du chemin au 31 décembre. Ils demandent donc des garanties pour sortir au plus vite de cette incertitude pesante.

La plupart des salariés de Cyclocity sont venus manifester mardi matin devant l'Hôtel de ville de Paris. - Radio France
La plupart des salariés de Cyclocity sont venus manifester mardi matin devant l'Hôtel de ville de Paris. © Radio France - Nicolas Olivier

Pour défendre les 315 emplois parisiens de Cyclocity, les représentants du personnel ont lancé une pétition en ligne en fin de semaine dernière. Le texte adressé à Anne Hidalgo a déjà recueilli plus de 1.200 signatures. Mardi, ils ont aussi reçu la visite de plusieurs conseillers de Paris, notamment les élus écologistes du 18ème arrondissement Sandrine Mées et Pascal Julien.

"On était sûrs d'avoir le marché"

Fouad Lastate, délégué du personnel de Cyclocity.

Il faudra attendre au moins deux semaines avant de connaître les détails de l'offre présentée par Smoove. Le futur exploitant sera officiellement désigné le 12 avril par la commission du syndicat Autolib' Vélib' Métropole, qui regroupe les élus d'une quarantaine de communes. En attendant, les salariés vont maintenir la pression : ils ont voté pour une nouvelle grève dès jeudi, et un nouveau rassemblement en fin de matinée devant l'Hôtel de ville.

Les 315 salariés redoutent de perdre leur emploi après le 31 décembre. - Radio France
Les 315 salariés redoutent de perdre leur emploi après le 31 décembre. © Radio France - Nicolas Olivier

C'est à Lyon avec Vélo'v que Cyclocity avait lancé le tout premier parc de VLS (vélos en libre-service) de France, en 2005. Avant de conquérir la capitale deux ans plus tard. La filiale de JCDecaux est aujourd'hui présente dans 12 villes françaises (Marseille, Toulouse, Nantes, Rouen, Amiens...) et 17 à l'étranger. Le marché des Vélib' était évidemment son principal contrat, et occupait les trois quarts des effectifs. La société a reçu il y a quelques mois un prix du "meilleur service client de l'année" pour 2017. Comme en 2016.