Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Brittany Ferries a rouvert ses liaisons régulières aux passagers

Le trafic transmanche a repris lundi après plus de trois mois d'arrêt. Huit navires de la Brittany Ferries sur onze embarqueront des passagers cet été. Mais le volume de réservations est faible et la compagnie a cumulé de lourdes pertes. L'emploi pourrait être menacé dès l'an prochain.

L'Armorique a retrouvé la mer ce lundi, mais avec une jauge divisée par trois.
L'Armorique a retrouvé la mer ce lundi, mais avec une jauge divisée par trois. © Radio France - Nicolas Olivier

Ils n'étaient que 161, essentiellement des ressortissants du Royaume-Uni, à embarquer lundi de Roscoff (Finistère) pour la première traversée vers Plymouth depuis le 17 mars. Il est vrai que la reprise du trafic transmanche n'a été annoncée qu'en toute fin de semaine dernière, puisque les autorités britanniques s'apprêtent à lever la "quatorzaine" imposée jusque là aux voyageurs en provenance de l'étranger.

Une reprise des rotations très attendue par la Brittany Ferries, qui a déjà perdu 200 millions d'euros de chiffre d'affaire. Si l'activité fret s'est poursuivie pendant le confinement, l'arrêt des liaisons passagers a mis jusqu'à 1.700 salariés au chômage partiel. Alors il était temps de reprendre la mer, "une immense joie et beaucoup d'émotion" pour Arnaud Roux, le commandant de l'Armorique. "Un grand ouf" confirme Martine Perrigaud, la commissaire de bord.

Trois fois moins de passagers cet été

La jauge du navire est passée de 1.500 à 550 pour respecter les mesures sanitaires, l'embarquement et le débarquement sont désormais échelonnés, et les passagers sont invités à rester en cabine. De nombreuses précautions ont été prises aussi au bar, et dans les boutiques du bateau.

A bord des ferries, de nombreux sièges ont été condamnés.
A bord des ferries, de nombreux sièges ont été condamnés. © Radio France - Nicolas Olivier

Le redémarrage du trafic est progressif : la ligne Saint-Malo-Portsmouth ne rouvrira que le 12 juillet. Alors que le Royaume-Uni est le troisième pays du monde le plus touché par la pandémie (43.550 morts), la Brittany Ferries anticipe une baisse de la demande estivale : le Normandie Express, l'Etretat et le Barfleur resteront à quai au moins jusqu'en septembre. La compagnie espère 240.000 passagers cet été, contre 780.000 en juillet-août 2019. 

Le spectre d'un plan social

"La saison est foutue", reconnaît le président Jean-Marc Roué, déjà tourné vers 2021. Le patron en appelle à l'Etat pour préserver l'emploi, il a demandé explicitement lundi des exonérations de charges et des investissements massifs pour promouvoir la destination France au Royaume-Uni.

ECOUTEZ Jean-Marc Roué, président de Brittany Ferries

Il faut à tout prix des mesures significatives donc je parle en millions d'euros pour maintenir notre volume d'affaires. Si on n'arrive pas à remonter la pente en 2021, l'impact sur l'emploi sera inévitable. - Jean-Marc Roué, président de Brittany Ferries

La compagnie maritime bretonne profite déjà d'un prêt garanti par l'Etat (PGE) de 117 millions d'euros sur cinq ans, et d'un dispositif étendu de chômage partiel jusqu'à fin septembre grâce au plan tourisme. Des aides qui ne suffiront pas à éviter un plan social dans quelques mois. Car à la crise de la Covid-19 s'ajoutent les répercussions négatives du Brexit, qui ne font que débuter.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess