Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La circulation dans Clermont, vue à hauteur d'un conducteur de tram

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

La T2C et le SMTC lancent une campagne de prévention pour éviter les accidents avec le tram de Clermont. Piétons, cyclistes, trottinettes, motards, livreurs et même certains automobilistes, cela concerne tout le monde.

Piétons le long d'un passage interdit car trop étroit
Piétons le long d'un passage interdit car trop étroit © Radio France - Emmanuel Moreau

Clermont-Ferrand - France

Le poste de conduite est surélevé, avec une large vision à pratiquement 180 degrés. Les 170 conducteurs du tram voient parfaitement ce qui se passe autour d'eux. Et souvent, ils se font de grosses frayeurs, comme Didier, qui a vu dernièrement un cycliste chuter juste devant sa rame. Rien de grave cette fois, ce qu'on appelle un quasi accident. Une anecdote parmi d'autres pour Didier, qui peut en raconter des dizaines depuis 13 ans qu'il conduit des trams (en alternance avec des bus). 

Ce qui a changé depuis la mise en service de la ligne A, ce sont les cyclistes de plus en plus nombreux, les nouveaux modes de déplacement comme les trottinettes, les livreurs en scooter. Il y a trop de monde sur la plateforme du tram, qui est interdite à toute circulation selon le code de la route. Il est évidemment possible de la traverser mais pas de rouler dessus. 

Une campagne de sensibilisation à l'initiative des conducteurs

Pendant plusieurs mois, des affiches, des plaquettes, des vidéos vont rappeler l'interdiction de rouler sur la voie du tram, avec la menace toujours possible d'une amende de 135 €uros, menace plus théorique que réelle. Une demande des conducteurs de la T2C, inquiets devant des risques d'accidents de plus en plus fréquents. La société de transports en commun estime même à 6.000 par jour les comportements susceptibles de constituer un danger. 

Une petite balade dans la cabine du tram permet d'avoir un aperçu rapide. En 300 mètres à peine, le conducteur doit faire attention à un cycliste qui zigzague, des piétons qui traversent sans regarder, d'autres qui marchent le long de la plateforme là où c'est interdit faute de place (comme par exemple juste à côté de la station Hôtel de Ville), une voiture qui n'a rien à faire là ou encore une jeune fille sur un skate, casque sur les oreilles et les yeux rivés sur son téléphone. Sans oublier toutes les personnes qui ne sont pas sur la plateforme mais dont le conducteur anticipe un changement de direction brusque. 

Les conducteurs redoutent aussi les sorties des établissements scolaires le long de la ligne. D'ailleurs la seule victime recensée en 13 ans d'exploitation est une adolescente tuée alors qu'elle traversait sans regarder pour se rendre dans son collège. 

Malgré tout, ce sont les cyclistes qui risquent de se sentir visés par cette campagne. Les relations entre la T2C et la cyclosphère ne sont déjà pas bonnes. Les cyclistes demandent à pouvoir circuler en sécurité et faute souvent de piste ou bande cyclable, la plateforme du tram constitue une alternative efficace. C'est particulièrement vrai en centre ville où il n'y a aucune infrastructure cyclable. Pas question toutefois de viser les cyclistes pour la T2C; les conducteurs demandent même que les sites propres qui doivent être réalisées pour les futures lignes B et C soient obligatoirement accompagnés d'une piste cyclable

Choix de la station

France Bleu