Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Festival de Cannes : la colère des chauffeurs Uber niçois

vendredi 11 mai 2018 à 16:36 Par Mélodie Viallet, France Bleu Azur et France Bleu

Les chauffeurs Uber dénoncent la stratégie du groupe américain qui pendant le Festival de Cannes et la période estivale fait descendre d'autres chauffeurs de Paris et d’autres régions. Les conducteurs niçois dénoncent un manque à gagner considérable.

Une trentaine de voitures de chauffeurs VTC ont déambulé entre Nice et Cannes.
Une trentaine de voitures de chauffeurs VTC ont déambulé entre Nice et Cannes. © Radio France - Mélodie Viallet

Nice, France

Le ras-le-bol des chauffeurs Uber niçois ne comprennent pas la stratégie du groupe américain. Ce vendredi 11 mai, ils ont mené des actions à Nice et jusqu’à Cannes. Tout d’abord, le matin vers dix heures, une quinzaine de chauffeurs s'est rendue devant le siège Uber dans le quartier de Nice Ouest.  Ils dénoncent la stratégie de la compagnie de VTC, car pendant le Festival de Cannes et plus globalement la période estivale, Uber fait venir des chauffeurs d'autres régions, notamment de Paris pour satisfaire la demande accrue. 

Sauf que cela fait du travail en moins pour les protestataires niçois qui assurent gagner moins d'argent. "Sur la Côte d'Azur, nous travaillons surtout entre le Festival de Cannes et jusqu'au mois octobre, le reste de l'année c'est mort, nous attendons donc cette période avec impatience mais depuis qu'Uber fait venir des chauffeurs d'ailleurs n'ont n'avons plus assez de travail, et les prix n'arrêtent pas de baisser" explique Mimoun Zarioh, secrétaire de section CFDT pour les VTC dans les Alpes-Martimes. Jeudi, le siège du groupe Uber était fermé, personne n’a pu être reçu. 

Opération escargot entre Nice et Cannes 

Une trentaine de chauffeurs VTC a ensuite, dans l’après-midi, remonté la route du bord de mer. Une opération escargot entre l’aéroport de Nice et Cannes qui a perturbé la circulation quelques heures. Ils se sont également rendus à la préfecture des Alpes-Maritimes et ont été reçus par la directrice de cabinet du préfet, qui tente de son coté de trouver un interlocuteur chez Uber, afin d'organiser une rencontre.