Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Paris : pour désengorger les transports, les salariés du quartier de La Défense invités à décaler leurs horaires

mercredi 28 novembre 2018 à 5:01 Par Émilie Defay, France Bleu Paris et France Bleu

Une expérimentation est lancée ce mercredi à la Défense pour désaturer les transports durant les heures de pointe. Treize entreprises s'engagent à inciter leurs salariés à décaler leurs horaires.

A la Défense, 150 000 salariés utilisent les transports en commun pour se rendre au travail
A la Défense, 150 000 salariés utilisent les transports en commun pour se rendre au travail © Maxppp - Olivier Boitet

La Défense, France

Permettre aux salariés de décaler leurs horaires pour désengorger les transports en commun. C'est avec cette idée, qui n'est pas neuve, que la RATP, la SNCF, Ile-de-France Mobilités et le groupement d'entreprises Paris la Défense espèrent réduire la fréquentation des trains durant les heures de pointe. Une "charte d'engagements réciproques pour le lissage des heures de pointe" doit être signée ce mercredi.

À la Défense, 150.000 employés se rendent au travail en transports en commun via les nombreuses lignes qui desservent le quartier d'affaires (RER A, ligne 1 du métro, ligne L et U du Transilien, tramway T2). Et 100.000 d'entre eux se concentrent durant ce qu'on appelle l'"hyperpointe" entre 8h30 et 9h30. Résultat : des transports bondés et donc inconfortables, voire en retard à cause de la saturation qui cause des incidents en cascade.

Horaires décalés et télétravail

Pendant un an, treize grosses entreprises, dont Allianz, Axa ou encore Total, s'engagent à réduire de 5 à 10% le nombre de leurs salariés qui utilisent les transports en commun entre 8h30 et 9h30. Pour y arriver, elles vont permettre à leurs employés d'arriver plus tôt ou plus tard, entre 6h30 et 10h30 et s'engagent à organiser les réunions uniquement entre 10h00 et 17h00.

Le télétravail un à deux jours par semaine sera également encouragé tout comme le recours à des espaces de coworking ou de tiers-lieu permettant aux salariés de travailler à l'extérieur de l'entreprise. L'utilisation du vélo, de la trottinette, du covoiturage ou de l'autopartage sera également favorisée. Un "challenge mobilité" sera organisé en janvier. Les salariés seront alors incités, en échange de récompenses, à changer leurs habitudes.

Résultats mitigés lors d'une précédentes expérimentation

Une expérience similaire avait été menée en 2015 à la Plaine Saint-Denis avec le concours de six grandes entreprises employant 11.000 salariés. Lors d'un interrogatoire, 72% des employés avaient déclaré avoir la possibilité de décaler leurs horaires de 15 minutes. Mais lors du challenge mobilité, la fréquentation n'avait baissé que de 7% à l'heure de pointe du matin, soit l'équivalent d'un tiers de voiture de RER B libérée. 

Des "résultats mitigés", de l'aveu même de la SNCF, peut-être en partie dus au fait que l'expérience avait eu lieu au moment des attentats de novembre 2015.