Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La fraude dans les transports rémois coûte près de 2 millions d'euros par an

jeudi 24 novembre 2016 à 19:03 Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne

Tous les jours, 100 000 voyageurs empruntent les transports en commun de Reims Métropole, mais plus de 15% d'entre eux le font sans ticket. Une fraude qui coûte cher à Citura, qui a donc décidé de lancer une nouvelle campagne d'affichage.

Citura lance une nouvelle campagne d'affichage pour lutter contre la fraude
Citura lance une nouvelle campagne d'affichage pour lutter contre la fraude © Radio France - Aurélie Jacquand

Reims, France

"Bien voyager, c'est voyager en règle". Voilà le slogan de la nouvelle campagne de pub lancée par Citura, le réseau de transports de Reims Métropole, afin de lutter contre la fraude. Cette campagne, qui se veut humoristique, illustre les verbatim les plus fréquents des voyageurs fraudeurs et précise le montant des amendes encourues en cas de non-respect des règles: 49,5 euros si vous n'avez pas de ticket et 33 euros si vous en avez un mais qu'il n'est pas composté.

2 millions d'euros de perte, soit l'équivalent de six bus neufs

Tous les jours, 100 000 voyageurs prennent le tramway ou le bus dans l'agglo de Reims. Si depuis 2014, le taux de fraudeurs a baissé de 10%, il concerne toujours 15,8% des voyageurs du réseau Citura. "Une fraude qui va souvent de paire avec un climat d'insécurité", constate Paul Berretrot, le président de Transdev Reims, la société qui exploite les transports rémois. Afin de lutter contre ces deux problématiques, il a signé ce jeudi une convention avec la police, la justice, la gendarmerie, mais aussi l'éducation nationale. "Cette convention, c'est ce qui fonde nos actions. Grâce à elle, nous pourrons par exemple faire plus de contrôles conjoints avec la police", explique Paul Berretrot.

"Il faut qu'il y ait des contrôles partout et tout le temps"

Pour multiplier les contrôles, Citura ne prévoit pas d'augmenter ses effectifs, mais cette coordination avec la police "permettra d'être plus efficace", dit Paul Berretrot, le président de Transdev Reims, qui poursuit: "Un des sports national c'est de donner un faux nom et une fausse adresse au moment du PV, mais désormais, un contrôleur peut retenir un contrevenant pendant 4h, jusqu'à ce que les forces de l'ordre interviennent". Et le fraudeur qui a donné un faux nom risque jusqu'à deux mois de prison et 3500 euros d'amende.

Bientôt une application pour connaître le trafic en temps réel

D'ici quelques semaines, mi-décembre, Citura lancera une application mobile gratuite, qui vous donnera les horaires des bus et des tramway en temps réel. En cas de bouchons, d'accidents ou de pannes entraînant un retard, l'application en tiendra compte pour vous donner l'horaire exacte de passage.

La fraude: 2 millions d'euros de perte par an - Radio France
La fraude: 2 millions d'euros de perte par an © Radio France - Aurélie Jacquand