Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La gare de Limoges Bénédictins va retrouver une partie de sa décoration d'origine

-
Par , France Bleu Limousin

90 ans après sa mise en service, la gare de Limoges-Bénédictins va renouer avec une partie de son passé. La SNCF accepte de réinstaller des boiseries Art Déco retirées lors d'une rénovation en 1979. A l'époque, un cheminot avait secrètement sauvé de la destruction une partie de ce patrimoine.

Cette carte touristique réalisée en 1929 et les boiseries qui l'encadraient sont classés monuments historiques, au même tire que la gare de Limoges Bénédictins.
Cette carte touristique réalisée en 1929 et les boiseries qui l'encadraient sont classés monuments historiques, au même tire que la gare de Limoges Bénédictins. © Radio France - Nathalie Col

Limoges, France

Considérée comme l'une des plus belles gares d'Europe, la gare de Limoges Bénédictins va retrouver une partie de son lustre d'antan. Des boiseries d'origine seront bientôt réinstallées, grâce à la ténacité d'un cheminot et de plusieurs passionnés qui les ont sauvées, conservées et s’apprêtent à faire restaurer ces éléments de patrimoine. Impossible toutefois de remettre en place tous les guichets, éléments de salles d'attentes et autres décors en bois des îles installés à l'origine, car lors d'une vaste opération de rénovation en 1979, une grande partie de ces éléments ont été détruits. Certains ont toutefois été récupérés par un cheminot, aujourd'hui décédé, qui ne voulait pas les voir disparaître. Il a  donc dérouté le wagon qui devait les emmener à la destruction et depuis 40 ans, ces œuvres sont donc cachées à Saint-Léonard-de-Noblat.

Les mosaïques en porcelaine sont en cours de restauration, mais il va falloir fabriquer des pièces de rechange. - Radio France
Les mosaïques en porcelaine sont en cours de restauration, mais il va falloir fabriquer des pièces de rechange. © Radio France - Nathalie Col

L'oeuvre conservée clandestinement est constituée d'une huile sur toile, d'une travée en bois exotique et de mosaïques en porcelaine. Elle représente une immense carte touristique qui ornait la salle d'attente menant aux quais et avait une double fonction selon Nicolas Vedelago, conservateur régional des monuments historiques. _"_Cette carte touristique était un élément de décor qui cachait des monte-charges, utilisés notamment pour les bagages et malles de voyageurs. Ça donnait aussi aux voyageurs des informations sur les lieux à visiter, églises, châteaux et monuments historiques et aussi une carte économique qui montrait les richesses industrielles de la région."

Les boiseries de la gare de Limoges sauvées de la destruction sont cachées depuis 30 ans dans cette grange de Saint-Léonarde-de-Noblat - Radio France
Les boiseries de la gare de Limoges sauvées de la destruction sont cachées depuis 30 ans dans cette grange de Saint-Léonarde-de-Noblat © Radio France - Nathalie Col

On nous appelle les papys résistants parce qu'on a réussi à faire prendre le maquis à ces boiseries et à les sauver - Jacques Ragon, président du musée historail à Saint-Léonard-de-Noblat

Après des années dans la clandestinité, ces éléments de patrimoine devraient prochainement retrouver une place dans la gare de Limoges. Une fierté et une grande satisfaction pour tous ceux qui ont contribué à les sauver et à les cacher, comme Jacques Ragon, président du musée historail à Saint-Léonard-de-Noblat. Lui-même a été mis dans la confidence 10 ans après l'évacuation de ces vestiges, lorsqu'il a fallu leur trouver en urgence une nouvelle cachette. Avec un petit groupe, ils les ont répartis entre une grange et le musée historail, dans le plus grand secret. Ce n'est que récemment qu'ils ont appris que leur trésor étaient classé comme monuments historiques, au même titre que l'extérieur de la gare de Limoges Bénédictins. Une souscription publique pourrait être lancée pour redonner à ces éléments de décor leur lustre d'antan.