Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

La grande majorité des radars automatiques du nord de la Lorraine hors service

lundi 7 janvier 2019 à 4:50 Par Julie Seniura et Thomas Jeangeorge, France Bleu Lorraine Nord

Cible privilégiée des contestataires depuis plusieurs mois, les radars automatiques intacts ne sont plus très nombreux aujourd'hui en Lorraine. Si les préfectures refusent de communiquer sur l'état actuel du parc, il suffit de sillonner les routes, pour s'en rendre compte. Tour d'horizon.

Un radar hors service dans le secteur de Thionville, en Moselle
Un radar hors service dans le secteur de Thionville, en Moselle © Maxppp - Julio PELAEZ

Moselle, France

C'est devenu, depuis plusieurs semaines, un véritable sport national : la neutralisation des radars fixes sur les bords des routes. Certains y voient la patte des Gilets Jaunes, d'autres celle des automobilistes et motards en colère contre le passage à 80 km/h sur les routes départementales... En tout cas, quelque soit les auteurs de ces dégradations, La Moselle et le Pays Haut n'échappent pas au phénomène, avec une majorité du parc qui serait touché.  

Aucun chiffre officiel

On ne connaîtra pas l'état des lieux exact de ces dégradations : les préfectures concernées ne souhaitent pas communiquer sur le sujet. Mais selon nos informations, les cinq radars fixes qui contrôlent la vitesse dans le Pays Haut sont hors service. Celui de Malavillers, sur la RD156, a notamment été incendié.

En Moselle-Est, la quasi-totalité des équipements a été également visée par ces dégradations. Le radar de Bousbach, classé parmi les plus piégeux de France, a été tagué à plusieurs reprises depuis le 17 novembre et l'acte 1 des gilets jaunes.

Sur l'A31, enfin, l'axe le plus fréquenté de notre région, les fameuses boîtes à images sont également ponctuellement redécorées. Entre Nancy et Metz-Nord, sur les quatre radars automatiques, seuls deux fonctionnent.

Risques encourus

Les autorités rappellent que pour l'endommagement d'un radar, les sanctions peuvent aller jusqu'à 30.000 euros d'amende et deux ans d'emprisonnement. Une destruction, elle, est passible, de 75.000 euros d'amende et de cinq ans de prison.

A ce jour, aucune interpellation liée à ces dégradations n'a été effectuée par les forces de l'ordre.

Des actes "inqualifiables" pour la Ligue contre la violence routière en Moselle 

Invité de France Bleu Lorraine ce lundi 7 janvier, Jean-Yves Lamant, président de la Ligue contre la violence routière en Moselle exprime sa "colère" face à ce qu'il estime être des actes "inqualifiables", avançant que 40.000 vies ont pu être sauvées depuis 2003 grâce à ces radars automatiques. Pour l'association, ces dégradations doivent être l'occasion de changer d'approche vis-à-vis de la traque contre les excès de vitesse. Elle propose que les radars hors-services soient remplacés par des contrôles mobiles de police ou de gendarmerie, à bord de véhicules banalisés.