Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Transports

La justice administrative se penche sur l'A45 pour la première fois

jeudi 29 septembre 2016 à 23:17 Par Maxime Fayolle, France Bleu Saint-Étienne Loire

Pour la première fois ce vendredi, le tribunal administratif de Lyon se penche sur le financement de l'A45. Un recours de Jean-Charles Kohlhaas, élu écologiste de la région, remet en cause la délibération de la région du 7 juillet dernier.

L'A45 va-t-elle être empêchée par la justice ?
L'A45 va-t-elle être empêchée par la justice ? - Fotolia

Lyon, France

C'est la première fois que la justice se prononce sur le financement de l'A45. Ce vendredi à 11h, le tribunal administratif de Lyon va étudier le recours de Jean-Charles Kohlhaas, élu écologiste de la région Auvergne Rhône Alpes. Son référé suspension vise à suspendre la délibération de la région prise le 7 juillet dernier débloquant 131 millions d'euros pour le financement de l'A45.

L'urgence en question

Pour les opposants au projet, les élus n'ont pas eu toutes les cartes en main pour juger de ce projet. Notamment le fait que les accès à Saint-Etienne et à Lyon ne sont pas prévus, ni financés, ni même chiffrés par le projet voté.

L'urgence va être discutée ce vendredi matin devant le TA. Les opposants arguent du fait que l'ARAFER (autorité de régulation des activités ferroviaires et routières) se prononce dans trois semaines, juste avant le Conseil d'Etat. Dans la foulée, avant la fin d'année, le contrat de concession devrait être signé avec Vinci. Les premiers travaux devraient débuter début 2017 avec des expropriations et des conséquences écologiques irréversibles selon les opposants.

Voir aussi : Notre dossier A45