Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

CHIFFRES - La LGV Montpellier-Perpignan, une histoire de plus de 30 ans

-
Par , France Bleu Hérault

À la lumière des déclarations du Premier ministre ce mercredi 8 juillet, les élus locaux rappellent leur engagement en faveur de la LGV Montpellier-Perpignan. Un projet plusieurs fois stoppé, plusieurs fois relancé. Petit rappel des faits, en quelques chiffres et dates clés.

La gare TGV Sud de France est positionnée sur le tracé de la LGV Montpellier-Perpignan
La gare TGV Sud de France est positionnée sur le tracé de la LGV Montpellier-Perpignan © Maxppp - Michaël Esdourrubailh

"Je mettrai toute mon énergie à faire avancer" le projet de ligne à grande vitesse Montpellier - Perpignan. La sortie du Premier ministre Jean Castex ce mercredi matin est saluée par les élus locaux qui défendent ce dossier vieux de plus de 20 ans. 30 ans même, si l'on considère l'engagement pris en 1986 par la France et l'Espagne de relier Madrid et Paris à grande vitesse. Retour sur ce projet en quelques chiffres et dates.

Le projet

Le projet de Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP) consiste à créer une nouvelle liaison ferroviaire d’environ 150 km entre les deux villes, chaînon manquant de la ligne à grande vitesse Madrid-Paris. Il doit permettre de diviser par deux le temps de parcours Montpellier - Perpignan et d’augmenter le niveau des dessertes nationales et TER puisqu'elle double le tracé. Il est divisé en deux phases : priorité donnée aux secteurs où la saturation est la plus forte, en commençant par Montpellier - Béziers avec la construction d’une ligne mixte frêt et voyageurs dans la continuité du Contournement Nîmes-Montpellier.

Le coût total est estimé à 5,52 milliards d’euros (estimation de juillet 2014), dont 1,8 pour Montpellier - Béziers. 

Les dégâts occasionnés par les inondations de l'automne dernier dans le Biterrois, qui ont engendré des semaines de perturbations sur le réseau, ont rappelé la vulnérabilité de la ligne actuelle face au risque de submersion, alors que la LNMP est hors d’eau sur l’intégralité de son tracé.

Calendrier

Les dates :

  •  1991 : première proposition pour le tracé TGV jusqu’à la frontière espagnole.
  • 1992 : approbation ministérielle du schéma directeur des lignes ferroviaires TGV comprenant le TGV Languedoc-Roussillon.
  • 1996 : ajournement du projet.
  • 2000-2009 : avancées pour Contournement Nîmes-Montpellier.
  • Mars à juillet 2009 : débat public qui confirme l’opportunité de la ligne.
  • Février 2010 : lancement des études préalables à la Déclaration d'utilité publique.
  • Décembre 2013 : le ministre de l'Écologie définit les secteurs géographiques d’implantation des gares nouvelles.
  • 2016 : le Ministre des Transports valide le choix du tracé qui est alors soumis à une enquête d'utilité publique.
  • Février 2017: le gouvernement confirme les décisions prises sur le tracé, les sites de gares nouvelles et les raccordements. Il est prévu de mettre à l’enquête publique une première phase entre Montpellier et Béziers au 1er semestre 2018.
  • Juillet 2017 : au lendemain de son élection, Emmanuel Macron déclare une pause dans la poursuite des projets de LGV.
  • Octobre et novembre 2017 : le collectif « Oui LGV », qui regroupe des collectivités et des acteurs économiques, organisent des réunions de mobilisation en faveur des LGV en Occitanie.
  • janvier 2018 : le rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures (COI), dit rapport Duron - du nom de celui qui a présidé l'étude - juge le projet de LGV non prioritaire, et n'envisage pas sa mise en oeuvre avant 2030.
  • janvier 2019 : les présidents des Régions concernées rencontrent le président de la République, puis la Ministre des Transports. Après une forte mobilisation des élus locaux, le 30 janvier le projet est qualifié Projet d’Intérêt Général. Le secrétaire d'Etat aux Transports s'engage à ce qu'une enquête publique soit lancée en 2020.

La présidente de la Région Occitanie Carole Delga a rendez-vous le 22 juillet prochain avec Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports, pour s'entretenir avec lui, entre autres, du dossier de la LGV.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess