Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La liaison Saint-Étienne-Lyon "propice" à un projet de train Hyperloop

mercredi 5 juillet 2017 à 20:25 Par Tifany Antkowiak, France Bleu Saint-Étienne Loire

Des dirigeants de la société Transpod, qui travaille au développement d'un projet de train supersonique au Canada, ont rencontré mercredi à Saint-Étienne des chefs d'entreprises de la Loire, pour tenter de les convaincre de participer à un projet similaire sur l'axe entre Saint-Étienne et Lyon.

L'entreprise Transpod prévoit de lancer ses premiers prototypes de train Hyperloop en 2020.
L'entreprise Transpod prévoit de lancer ses premiers prototypes de train Hyperloop en 2020. - Transpod

Et si la région stéphanoise devenait pionnière dans le développement de l'Hyperloop ? Après le travail mené par l'école des Mines de Saint-Étienne sur cette navette supersonique qui pourrait permettre de relier Saint-Étienne à Lyon en 7 à 8 minutes à 450 km/h, deux dirigeants de la société Transpod, qui travaille sur un projet d'Hyperloop au Canada, sont venus à la rencontre mercredi soir de chefs d'entreprises de la Loire, à l'antenne stéphanoise de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) Lyon Métropole.

Pourquoi pas demain travailler avec des fournisseurs de la région de Saint-Étienne et de Lyon pour construire notre Hyperloop" - Thierry Boitier

L'objectif pour la société canadienne est de nouer des contacts en France, afin d'y installer rapidement "un bureau ou une filiale" et de développer de nouveaux projets de lignes Hyperloop. "On est basé au Canada aujourd'hui, maintenant, les compétences autour de l'Hyperloop peuvent être trouvées dans plusieurs pays du monde", indique Thierry Boitier, directeur de l'approvisionnement et des achats chez Transpod. "On travaille déjà en Italie, sur Paris et Toulouse en France, pourquoi pas demain travailler avec des fournisseurs de la région de Saint-Étienne et de Lyon pour construire notre Hyperloop", ajoute-t-il.

Si l'entreprise canadienne a décidé d'entrer en contact avec les acteurs économiques stéphanois, c'est suite à l'intérêt suscité par le projet de train supersonique pour relier Saint-Étienne et Lyon, comme alternative au trafic ferroviaire et surtout routier, alors que le projet de nouvelle autoroute (A45) entre les deux villes continue de diviser.

Ligne d'essai en France ?

Une étude menée par l'école des Mines de Saint-Étienne pendant un an a décuplé l'intérêt pour ce mode de transport du futur. Saint-Étienne Métropole a d'ailleurs décidé de se pencher sur la faisabilité du projet, estimé à 700 millions d'euros.

LIRE AUSSI : Le trajet Saint-Étienne/Lyon à 450 km/h et en 8 minutes grâce à l'Hyperloop ?

D'après le PDG et fondateur de Transpod, Sébastien Gendron, le terrain entre Saint-Étienne et Lyon est "propice" à un projet d'Hyperloop, en raison du nombre important de migrations quotidiennes entre les deux villes (6,5 millions de voyageurs par an utilisent la ligne SNCF existante) mais aussi en raison de "la volonté qu'on sent de créer un pôle économique plus fort entre Lyon et Saint-Étienne".

Transpod espère lancer ses premiers prototypes en 2020 et souhaiterait entamer à partir de 2018 la construction d'une ligne d'essai pour son train supersonique, qui "pourrait être sur un territoire français", laisse entendre Sébastien Gendron. Et donc pourquoi pas entre Saint-Étienne et Lyon.