Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ligne 2 du Tram'bus entre en phase de test pour quatre semaines entre Tarnos et Bayonne Marracq

La phase de marche à blanc de la ligne 2 du Tram'bus (T2) démarre ce lundi 8 mars pour quatre semaines, afin de veiller à être opérationnel le jour de sa mise en service, le 26 avril. Ces bus 100% électriques circuleront, sans voyageurs, entre Tarnos et Bayonne Marracq (terminus provisoire).

La phase de test de la ligne 2 du Trambus commence ce lundi 8 mars pour quatre semaines
La phase de test de la ligne 2 du Trambus commence ce lundi 8 mars pour quatre semaines © Radio France - Céline Arnal

Un mois d'essais pour ligne 2 du Tram'bus qui reliera le nord de Tarnos à Bayonne Marracq dans un premier temps. Puis à terme, en 2023, le secteur de l'autoroute A63. Des arbitrages sont encore en cours pour déterminer le terminus précis. La phase de marche à blanc commence ce lundi 8 mars et jusqu'au 2 avril. Les voyageurs ne peuvent pas encore monter à bord de l'un de ces bus 100% électriques. La ligne du T2 ouvre officiellement le 26 avril.  

Quatre semaines pour être opérationnel 

Toutefois, il n'était pas question de revivre les ratés du lancement de la ligne 1 du Tram'bus, en septembre 2019. Mais Guillaume Laval, en charge du projet au syndicat des mobilités Pays Basque Adour tient à rappeler le contexte. "Nous sortions du G7 et la phase de marche à blanc n'avait pas pu être finalisée. Beaucoup de gens ont souvenir que les Tram'bus avaient été bloqués au feu, qu'il y avait des défaillances. Cette fois, nous prenons le temps, deux mois avant la mise en service de garantir pour les usagers que tout fonctionne dès le 26 avril.

Pendant quatre semaines, Keolis, l'exploitant du réseaux Chronoplus, Irizar, le constructeur du bus et le syndicat des mobilités vont tester le système de priorité aux feux, s'assurer du bon fonctionnement des distributeurs automatiques de tickets sur les quais (il ne sera plus possible de les acheter au conducteur), de la fiabilité des 18 nouveaux véhicules en exploitation. Des pannes dues notamment à des défaillances de batteries ont été relevées sur la ligne 1 du Tram'bus."Ce sont des véhicules techniques très modernes qui ont besoin de maintenance. On constate une amélioration mais il y a encore beaucoup de réglages à faire. C'est une inquiétude", confie Jean-Philippe Polmier, délégue syndical CFDT à Chronoplus. 

Garantir une fréquence de passage tous les quarts d'heure 

Durant cette phase de test, le temps de parcours des bus sera scruté avec beaucoup d'attention. L'objectif est de garantir une fréquence de passage toutes les 15 minutes entre 7 heures et 19 heures. Puis, toutes les 20 à 30 minutes avant et après ce créneau horaire. "Cela implique de mettre des moyens. Serons-nous en capacité de tenir cette régularité en heure de pointe ?", s'interroge Sébastien Carnet, délégué syndical Force Ouvrière par intérim à Chronoplus.

35% des voies en site propre

Jean-Philippe Polmier émet les mêmes doutes. Sur le parcours temporaire, 35% des voies sont en site propre, c'est-à-dire exclusivement réservés aux bus. Insuffisant, selon lui. "Ce n'est pas vraiment un bus à haut niveau de service (BHNS). Dans le mot Tram'bus, il y a tram. Nous devrions rouler uniquement, ou presque, sur site propre. Si je prends l'exemple de Tarnos, il y avait largement la place de mettre en place un couloir. Le choix n'a pas été fait. Donc, inquiétude ou interrogation quant à la qualité d'exploitation que nous pourrons offrir aux voyageurs. C'est logique plus nous sommes mélangés dans la circulation, plus nous sommes tributaires des bouchons. Et nous savons que beaucoup de véhicules des Landes descendent vers Bayonne ". 

Mais le syndicat des mobilités Pays Basque Adour assure que le trafic automobile a été pris en compte et que ce pourcentage n'est pas définitif. "N'oublions pas que nous sommes sur une phase dite partielle. Des aménagements de priorités aux transports collectifs seront mis en place à compter de septembre entre Saint-Léon et Marracq et même sur la partie sud, jusqu'à l'autoroute. Mais aujourd'hui nous sommes en train de finaliser les études avec les élus et la ville de Bayonne", explique Guillaume Laval.

Un lancement précipité ?

Mais Sébastien Carnet reste sceptique. Il souligne que la ligne 2 du Tram'bus est une avancée mais il craint que son lancement soit précipité."Il aurait peut-être été plus judicieux, à mon avis, d'attendre que tout soit optimisé pour faire un site vraiment propre. Les infrastructures ne sont pas toutes terminées, il y a des travaux de voiries. Nous avons toujours un problème sur le passage entre la gare de Bayonne et Matras, donc la rue Maubec. Ce sont des interrogations. Le lancement du T1 a été trop rapide, nous avons vu ce que ça a donné derrière : beaucoup de voyageurs étaient mécontents parce qu'ils attendaient un bus n'arrivait pas. Ne reproduisons pas les mêmes erreurs. C'est un peu rapide, mais ce sont des engagements politiques. Maintenant nous travaillerons tous ensemble, nous ferons remonter les informations pour être prêts le 26".

Guillaume Laval assume ce choix : "La partie tarnosienne étant livrée, il nous semblait trop complexe et notamment avec un parking-relais de 300 places, de ne pas ouvrir la ligne T2. Nous avons donc décidé de la lancer de manière partielle. Cette ligne est prête".

Bilan positif de la ligne T1

Le directeur des mobilités au sein du syndicat des mobilités Pays Basque Adour est confiant pour la suite. Il souligne que  la ligne 1 du Tram'bus a trouvé ses voyageurs. "Malgré la crise sanitaire le Tram'bus a transporté 1,6 millions de personnes. Ce qui représente une augmentation de 15% du trafic. Cette ligne fonctionne. Les temps de parcours sont garantis, les usagers peuvent constater que le bus ne s'arrêtent plus à chaque feux".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess