Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ligne du train jaune à nouveau fermée pour travaux, cheminots et usagers en colère

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Le célèbre « canari » qui relie Villefranche-de-Conflent à Latour-de-Carol (Pyrénées-Orientales) sera à l’arrêt du 28 septembre au 23 octobre pour travaux. Coup d’arrêt dans la saison. Mais une autre fermeture met en colère cheminots et usagers : celle prévue pour 10 semaines en mars 2021.

Le train jaune a encore fait le plein cet été - Photo d'illustration
Le train jaune a encore fait le plein cet été - Photo d'illustration © Maxppp - Julio PELAEZ

« On ne démantèle pas la Tour Eiffel pour la repeindre ! ». Frédéric Roy, secrétaire général du syndicat cheminot CGT de Villefranche, n’en revient toujours pas. La décision de la SNCF Réseau de fermer la ligne pour 10 semaines à partir de début mars prochain (en tout, 14 semaines d’interruption en 2021) est pour lui incompréhensible. 

« La voie a été entièrement rénovée lors des deux dernières années. Les aménagements qu’il reste à faire ne sont pas nouveaux, c’est de l’entretien courant. Et on l’a toujours fait sans fermer sur des périodes comme ça… » regrette le cheminot. 

"Une fermeture de 14 semaines ne se justifie pas" - Frédéric Roy, secrétaire du syndicat CGT Cheminots de Villefranche-de-Conflent

Les usagers "vent debout"

La ligne a déjà été fortement perturbée lors des deux dernières années. « On a déjà fermé deux fois 14 semaines, mais cela se justifiait : on enlevait les voies. Mais là, elles sont neuves. On arrive pas à comprendre » s’interroge Christophe Montané, contrôleur sur le train jaune. 

Une colère partagée par les usagers, lassés de voir ces fermetures se répéter, sans que des solutions alternatives ne soient trouvées. « On est vent debout contre ce genre de décision » tempête Georges Bartoli, porte-parole d’un collectif d’usagers. 

« Nous ne sommes pas des experts ferroviaires, mais il y a quand même d’autres solutions que la fermeture pure et simple. On ne connait pas en France l’exemple d’une ligne qui ferme 14 semaines par an pour son entretien, ça ne se voit jamais ! »

La crainte d’une transformation de la ligne 

Ce que craignent syndicats et usagers, c’est que la répétition de ces travaux de longue durée ne déshabitue trop les passagers, amenés au fur et à mesure à privilégier d’autres moyens de transports, notamment les bus à 1 euro. Et qu’à terme, cette ligne ne devienne essentiellement une ligne touristique. Cet été, la fréquentation a d’ailleurs été au rendez-vous : en augmentation d’environ 20% en juillet, et de 40% en août par rapport à l’année passée, selon la CGT. Un succès qui ne se dément pas d’été en été, aidé cette année par une politique tarifaire avec des billets à cinq euros. 

L’enjeu se situe sur les périodes creuses, où les affluences sont moindres, environ 20 000 passagers entre le mois de septembre et de juin selon le syndicat.  « L’élan commence à être donné, et il y aura encore moins de monde si on continue comme ça » regrette Frédéric Roy.  

Des travaux justifiés selon la SNCF 

La SNCF de son côté justifie la longueur des travaux par leur complexité.  Impossible de faire certains réaménagements sans fermer la ligne, d'autant plus que du retard a été pris au printemps dernier à cause du confinement selon la compagnie. 

Des travaux qui s'élèvent à 13 millions et demi d'euros, financés à un peu plus de 90% par la Région Occitanie, en charge des transports. La Région pour sa part réaffirme sa volonté de considérer le train jaune comme un TER « comme les autres ». Mais c’est SNCF Réseau qui a la main sur le calendrier et le mode opératoire des travaux. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess