Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La ligne POLT est "une priorité" du gouvernement, assure la ministre des Transports

Lors de son déplacement à Châteauroux, la ministre des Transports a assuré que le gouvernement faisait de la ligne POLT une priorité. 2 milliards d'euros seront investis d'ici 2025. Elle a également indiqué que l'ouverture à la concurrence ne serait pas synonyme de disparition de dessertes.

La ministre des Transports, lors de son déplacement à Châteauroux
La ministre des Transports, lors de son déplacement à Châteauroux © Radio France - Jérôme Collin

Châteauroux, France

Élisabeth Borne a passé une partie de l'après-midi à Châteauroux. Elle est venue en train de Paris et a repris le train pour rentrer dans la capitale. La ministre des Transports a donc emprunté la ligne POLT que de nombreux berrichons utilisent quotidiennement pour leur travail. Une ligne dont le matériel souffre, les trains ne sont plus du premier âge. "On a des rames Corail qui ne peuvent pas circuler avec plus de 40 degrés, la climatisation ne fonctionne pas toujours. C'est clair qu'il y a des problèmes sur cette ligne", constate Jean-Claude Durandeau, cheminot à Châteauroux et délégué CGT.

Des investissements conséquents et urgents

La ministre des Transports a donc tenu à réaffirmer l'engagement de l'État. "J'accorde de l'importance à cette ligne. On va investir 2 milliards d'euros d'ici 2025 pour offrir un service au niveau attendu par tous les habitants", assure Élisabeth Borne. Un tel montant permettra notamment de s'équiper de nouveaux trains. "Pendant trop longtemps, on a eu tendance à penser qu'il n'y avait que les TGV. Tous ceux qui vivent sur cette ligne POLT peuvent regretter qu'on ait négligé ces lignes de train classiques, qui se sont dégradées", ajoute la ministre.

Pas de menace avec l'ouverture à la concurrence 

Des dessertes ferroviaires en moins à cause de l'ouverture à la concurrence, voilà la crainte de nombreux passagers. La compagnie allemande Flix Train, qui se montre intéressée par la ligne POLT, pourrait ne plus desservir des gares comme celles d'Issoudun ou d'Argenton-sur-Creuse. "Je n'accepterai pas qu'on ait une entreprise qui vienne faire une offre privée qui réduirait le service public", garantit la ministre des Transports. "Juridiquement, on peut empêcher un opérateur de venir faire une offre en concurrence si elle pénalise la desserte de service public qui est en place", conclut Élisabeth Borne.