Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La mairie de Paris s'oppose au projet de rénovation de la Gare du Nord

-
Par , France Bleu Paris

"Il faut revoir le projet" de rénovation de la gare du Nord, réclament dans une tribune mardi Jean-Louis Missika, l'adjoint à l'urbanisme de la maire de Paris Anne Hidalgo, et la maire du Xe arrondissement de Paris, Alexandra Cordebard.

Le projet doit être finalisé pour 2024
Le projet doit être finalisé pour 2024 - Projet Stationord

Paris, France

Jean-Louis Missika, l'adjoint à l'urbanisme de la maire de Paris et la maire du Xe arrondissement de Paris, Alexandra Cordebard réclament à ce que le projet de Gare du Nord soit revu. 

"La Ville de Paris ne sera pas aux côtés de la SNCF pour défendre le projet commercial", écrivent dans ce texte publié par Le Monde les deux élus socialistes, estimant que "la dimension commerciale ne doit pas prendre le dessus sur les services rendus aux usagers".  Tout en reconnaissant que la transformation de cette gare, la première d'Europe en trafic, est "essentielle" en vue des Jeux olympiques de 2024, M. Missika et Mme Cordebard estiment que le projet retenu par la SNCF, qui fait la part belle aux commerces, "est le contraire de ce qui est nécessaire".  Dans leur tribune, ils appellent à "construire sans détruire" et assurent que "la Ville de Paris est prête à assumer sa part aux côtés de l'Etat et de la région Île-de-France" afin que la rénovation de la gare soit financée par des fonds publics plutôt que par une coentreprise entre SNCF Gares et connexions et Auchan, comme le prévoit actuellement le projet.  

Un projet "plus sobre" et moins cher

Pour Jean-Louise Missika, ce financement public pourrait permettre de réduire le nombre de commerces : "Nous demandons que les facteurs soient inversés, c'est-à-dire que l'on pense d'abord à l'intérêt et au confort des voyageurs et ensuite, s'il y a de la place, on pourra faire des commerces supplémentaires." Selon lui, "La Ville de Paris devrait porter un quart du financement si jamais l'Etat, la région et d'autres partenaires comme la SNCF ou la Métropole du Grand Paris acceptent de mettre la main la poche. Si on accepte d'avoir un projet plus sobre, l'enveloppe sera de 150 ou 200 millions d'euros, c'est atteignable avec un financement public."

Le 3 septembre, une vingtaine d'architectes dont Jean Nouvel et Roland Castro, lançaient, déjà dans Le Monde, la controverse sur le projet de la Gare du Nord, qu'ils jugeaient "inacceptable et pharaonique", demandant qu'il soit "repensé de fond en comble".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu