Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La métropole de Montpellier lance un audit de ses 2.200 ralentisseurs

mercredi 28 novembre 2018 à 5:50 Par Marie Rouarch, France Bleu Hérault

C'est un grand état des lieux de ses 2.200 ralentisseurs que lance la métropole de Montpellier : un audit promis en 2019 pour une mise aux normes de ceux qui pourraient poser problème à l'horizon 2020. Une bonne nouvelle pour les motards en colère, mobilisés sur la question depuis plusieurs années.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Jean-François Frey

Montpellier, France

Les ralentisseurs "hors normes" devraient bientôt disparaître du paysage de la métropole montpelliéraine. La collectivité a récupéré la compétence de la voirie, auparavant attribuée aux municipalités. Elle lance donc un audit des 2.200 ralentisseurs répartis dans communes. Il débutera l'an prochain et les travaux de mise aux normes qui en découleront sont prévus à partir de 2020.

La Fédération des motards en colère de l'Hérault dénonce depuis plusieurs années les nombreux ralentisseurs hors-normes du département. Elle se satisfait donc de la décision de la Métropole. Même si cette décision ne répond à aucune revendication particulière, souligne Pierre Dudieuzère, maire de Vendargues et vice-président de la Métropole en charge de la voirie : "C'est un transfert de compétence et nous procédons à un état des lieux", résume-t-il.

À nouvelle compétence, nouvel état des lieux, se justifie Pierre Dudieuzère, vice-président de la Métropole en charge de la voirie

"Les ralentisseurs ne sont trop hauts que pour ceux qui roulent trop vite." - Pierre Dudieuzère

"D'ailleurs ils ne sont pas si nombreux à être hors normes", affirme l'élu. Jean-Michel Sénéchal, coordinateur des Motards en colère dans l'Hérault n'est pas franchement du même avis : "90% d'entre eux au moins sont illégaux, dit-il, trop hauts, trop pentus, trop glissants, installés dans des endroits inadéquats".

Son inquiétude ? Le délai pour réaliser cet audit : "On aimerait que ça se fasse plus vite, lance Jean-Michel Sénéchal, parce que d'ici 2019-2020, il peut y avoir de nouveaux accidents, de nouvelles victimes". Comme il a pu y en avoir par le passé à Cazouls-lès-Béziers ou Montferrier-sur-Lez. 

Les motards en colère promettent d'être particulièrement vigilants quant au suivi de cet audit et des travaux qu'il pourrait engendrer, d'autant qu'ils n'ont jamais réussi à obtenir les résultats d'un précédent audit réalisé par le Conseil départemental de l'Hérault.

La Fédération des motards en colère de l'Hérault demande à être associée à cet audit