Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La métropole du Grand Nancy peut-elle se passer du tramway ?

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Alors que la commission d'enquête publique doit rendre son avis sur le renouvellement de la ligne 1 du tramway du Grand Nancy ce mercredi 30 octobre, des voix se font entendre pour demander la remise à plat du projet. Explications.

Tramway sur le viaduc Kennedy de Nancy en septembre 2019
Tramway sur le viaduc Kennedy de Nancy en septembre 2019 © Radio France - Laurent Watrin

Nancy, France

Le Grand Nancy peut il se passer d'un tramway ? La commission d'enquête publique rendra ce mercredi 30 octobre au préfet de Meurthe-et-Moselle son rapport et son avis, favorable ou pas, au projet de nouveau tramway devant relier Essey-lès-Nancy (Porte verte) au Vélodrome de Vandoeuvre (en 2023), jusqu'au plateau de Brabois (en 2026). Le fruit d'une enquête publique qui a duré un mois avec de nombreuses contributions. Mais alors que le projet continue d'avancer, plusieurs voix se font entendre pour demander la refonte du projet voire l'abandon pure et simple du tramway.

En première ligne sur le sujet, le socialiste Mathieu Klein, président du conseil départemental, candidat pas encore déclaré à la mairie de Nancy. Même s'il a voté deux fois en faveur du projet, il le trouve notamment trop coûteux, préparé trop tardivement. La facture sera au minimum de 412 millions d'euros, rappelle-t-il : 

"C'est trop cher pour le Grand Nancy. Le Grand Nancy, aujourd'hui, dans sa situation financière actuelle, n'a pas les moyens de cet investissement. Et pourtant, je ne souhaite pas que la montée à Brabois soit sacrifiée."

Le tarif inquiète aussi Denis Heftre, le président de NB Tech, association qui réunit les entreprises et organisations du plateau de Brabois : 14.000 salariés. S'il a participé à l'élaboration du projet de tramway, il estime qu'il faut surtout réfléchir au delà de la Métropole en matière de transports en commun : 

"La dernière enquête que nous avons réalisée sur Brabois montre que sur les 14.000 salariés, seulement 26 à 27% habitent dans la Métropole. Ca veut dire qu'on a une question de fluidité. Il faut mettre les différents décideurs politiques autour de la table pour regarder ça au niveau macro et non micro-métropolitain."

Denis Heftre et Mathieu Klein d'accord pour dire qu'il ne faut pas limiter la refonte des transports en commun à la seule ligne 1 du réseau Stan alors que d'autres lignes ne sont pas en site propre et que le bassin d'emploi de Nancy dépasse les frontières de la Métropole.

Une pause le temps des municipales ? 

Denis Heftre n'hésite pas à demander une pause dans le processus d'avancement de ce projet, pour ne pas réaliser une erreur que la collectivité traînerait longtemps financièrement et en terme d'image : 

"C'est évident qu'il faut faire une pause. On ne pourra pas l'éviter. La question du calendrier des élections vient perturber la sérénité de ce que devrait être ce dossier et je pense que ce dossier a été amené beaucoup trop tard au regard de la date fatidique de 2022 à laquelle le tram ne sera plus en capacité à fonctionner."

Ce qui inquiète le chef d'entreprise, c'est aussi la période d'incertitude qui va s'ouvrir entre la fin du tramway sur pneu en 2022 et la mise en place du nouveau réseau, jusqu'au Vélodrome en 2023, jusqu'à Brabois en 2026 : 

"Quid du relais pour monter sur le technopôle à partir de 2022 ? Je ne vois aujourd'hui aucune solution technique et opérationnelle préparée et proposée. Deux ans, c'est demain [...] Il est évident que ça pèsera sur l'attractivité du technopôle et des entreprises, je sais que des entreprises ont quitté il y a six à huit mois parce que l'accessibilité est trop compliquée."

Le tram sur pneu s'arrête quoiqu'il arrive

Des critiques qui irritent certains à la Métropole du Grand Nancy. En coulisses, on rappelle que le tramway sur pneu arrive en fin de parcours en 2022, que le temps est compté pour trouver une autre solution d'autant que le tram sur fer reste l'option la moins polluante actuellement. Un avis pas forcément partagée par tous. A l'image de l'ingénieur Pierre Debano (invité de France Bleu Lorraine ce mardi 29 octobre), ancien conseiller municipal de Nancy, qui propose la mise en place d'un trolleybus électrique qui permettrait notamment de limiter les dépenses d'investissement.

Au delà de la décision de la commission d'enquête ce mercredi, le sujet promet d'être au coeur des enjeux des élections municipales de mars prochain dans le Grand Nancy.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu