Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Il y aura bien une nouvelle taxe poids lourds, mais "promis pas l'écotaxe" dit Elisabeth Borne à Brest

vendredi 5 janvier 2018 à 17:52 Par Valérie Le Nigen et Benjamin Bourgine, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Elisabeth Borne était ce vendredi dans le Finistère pour une visite de plusieurs infrastructures de transports. Le téléphérique, la nouvelle ligne de TER et la RN 164... Mais deux sujets se sont invités dans la discussion : la nouvelle version de l'écotaxe et la LGV.

Le démontage des portiques écotaxe
Le démontage des portiques écotaxe © AFP - Thomas Brégardis

Brest, France

Surtout, ne pas dire qu'on va refaire l'écotaxe. Un mot en forme d'allumette qui pourrait rapidement remettre le feu aux poudres. Et pourtant, la ministre des transports à Brest ce matin a du se plier à un exercice d'équilibriste. Elisabeth Borne se savait attendu au tournant, et guettée du coin de l’œil par tous les industriels et les transporteurs de la région. Alors ? Oui, il faudra trouver de nouvelles sources de financement, mais non, promis, on ne refait pas l'écotaxe. Explication de texte macronienne :

De l'Espagne aux Pays-Bas , des files de camions qui ne payent pas les infrastructures ?

"Il n'est pas question de refaire l'écotaxe. Il faut qu'on trouve une façon de faire payer les poids lourds en transit sur notre territoire et de le faire aussi en concertation avec les transporteurs. De prendre en compte aussi le fait qu'il y a des régions qui sont plus excentrées que d'autres, et ça ne se fera _pas en pénalisant les régions plus excentrées_. La réflexion tiendra compte de ces enjeux."

"Personne ne comprend qu'on ait des files de camions continues. C'est moins le cas en Bretagne, mais quand vous voyez les camions qui traversent le pays de l'Espagne aux Pays-Bas, nos concitoyens ne comprennent pas que ces camions ne participent pas aux financements de nos infrastructures. Question : poids lourds étrangers seulement, ou français aussi ? Ça fait partie des réflexions, _je ne vais pas vous répondre aujourd'hui_. En tout cas je veux rassurer les bretons, on ne va pas refaire l'écotaxe".

Elisabeth Borne dans le téléphérique brestois - Aucun(e)
Elisabeth Borne dans le téléphérique brestois - Capture d'écran TWITTER

Verra-t-on la LGV jusqu'à Brest un jour ?

"Sortir des promesses non financées", dit la Ministre. En cela, elle rappelle les éléments de la campagne d'Emmanuel Macron. Est-ce une manière polie de dire "on arrête de rêver" ? En tout cas, la LGV jusqu'à Brest, ce n'est vraiment pas pour tout de suite, à l'entendre : les priorités en matière ferroviaire seront ailleurs

"Dans la future loi de programmation sur les transports, on va donner à l'ensemble des acteurs de la visibilité sur les projets, et les financements qui vont avec. La priorité, c'est l'entretien des réseaux. Il faut pour les transports de la vie quotidienne mettre le paquet sur l'entretien et la régénération des réseaux. Une des priorités du gouvernement, c'est le désenclavement du pays. A 10 ans. _En Bretagne, on vous a promis la RN 164 à 2x2 voies, depuis Charles de Gaulle_. Les projets de ligne à grande vitesse ? J'ai bien en tête l'attente dans le Finistère. Les projets ne sont pas remis en cause, mais il y a des choix de priorités à faire". 

La ministre teste le téléphérique

Ce vendredi matin, Elisabeth Borne a eu l'occasion de monter dans le téléphérique brestois, avec en plus une petite éclaircie pour profiter de la vue sur la Penfeld. "_C'est une offre innovante_, qui permet de compléter la palette des autres modes de déplacements. Le point de départ, ça doit être de partir des besoins de nos concitoyens". 

Le téléphérique brestois - Maxppp
Le téléphérique brestois © Maxppp - Claude Prigent / MaxPPP