Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La Nouvelle-Aquitaine demande un plan d'urgence pour les TER

lundi 25 septembre 2017 à 9:23 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Gironde, France Bleu Limousin et France Bleu Périgord

L'irritation est toujours de mise entre la région et la SNCF. Invité de France Bleu à 8h15, Renaud Lagrave, vice-président de Nouvelle-Aquitaine en charge des transports, s'inquiète de voir les "lignes tomber les unes après les autres, faute d'entretien". Dernier cas en date : Limoges-Poitiers.

D'après Renaud Lagrave, plus d'un milliard d'euros de travaux sont nécessaires pour remettre à jour le réseau
D'après Renaud Lagrave, plus d'un milliard d'euros de travaux sont nécessaires pour remettre à jour le réseau © Radio France

Limousin, France

La région Nouvelle-Aquitaine demande un plan d'urgence à l'Etat et à la SNCF pour remettre le réseau de TER en état. D'après Renaud Lagrave, vice-président chargé des transports, qui dispose d'un état des lieux depuis quelques semaines, il faudrait 1,3 milliard d'euros pour remettre à jour les lignes en Nouvelle Aquitaine, dans les dix ans à venir. Et la région ne peut pas investir autant. Il était notre invité ce lundi avec Jérome Ostermann.

Depuis 15 jours, il y a des problèmes sur la ligne Limoges-Poitiers, les usagers sont mécontents. Et la région ?

La région Nouvelle-Aquitaine est de nouveau mise devant le fait accompli. On a appris qu'il allait y avoir des difficultés sur cette ligne, liées à un manque d'entretien et un manque de travaux de regénération de cette fois, qui occasionne aujourd'hui un transport par bus à certains endroits. Ce qui n'est vraiment pas à la hauteur des enjeux en ce moment, alors que les Assises de la mobilité sont lancées au niveau national, et que nous faisons nous-mêmes tout ce que nous pouvons pour améliorer les transports du quotidien. C'est pas la seule ligne qui est en train de craquer en Nouvelle-Aquitaine : on a des lignes qui tombent par défaut d'entretien.

Mais ces perturbations semblent liées à un effondrement de terrain entre Lussac et St Benoît dans la Vienne, ça n'est pas forcément prévisible ?

Cette ligne, elle avait été prévue dans un précédent contrat de plan pour faire un certain nombre de travaux, et quelques années plus tard, on nous annonce ça. J'imagine qu'on est pas à l'abri d'aléas, mais on pouvait anticiper.

Vous ne tirez pas un peu vite sur la SNCF ?

Si c'était le cas, je ne serais pas en train d'attendre que la SNCF nous réponde sur un plan d'urgence. Parce que tout simplement, on a l'état du réseau qui nous a été rendu il y a quelques semaines. Et pour remettre en état les lignes, il faut faire 1,3 milliard d'euros de travaux dans les dix ans qui viennent ! Si on ne parlait que de Limoges-Poitiers, on pourrait se poser quelques questions, mais là, on a l'état du réseau qui a été, je le dis sans ambages, abandonné à l'échelle du pays. Et aujourd'hui, nous demandons un plan d'urgence, un plan de rattrapage pour que le réseau soit au moins viable, avec les trains du quotidien, c'est à dire les TER. Même avec tous les moyens que nous voudrions mettre en oeuvre, nous serions dans l'incapacité d'agir. Donc nous demandons à l'Etat de réagir.

Tout cela se fait dans une ambiance constructive ou bien c'est tendu ?

C'est une ambiance de travail... Nous avons une dotation qui avoisine les 300 millions d'euros et nous n'avons pas les résultats escomptés : on n'a pas les trains qui arrivent à l'heure, on a des trains supprimés et des lignes qui ne fonctionnent plus.