Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Réforme ferroviaire : le texte est voté au Sénat ce mardi

mardi 5 juin 2018 à 7:18 Par Pierre Emparan et Frédéric Chapuis, France Bleu

Après les députés, le Sénat vote la réforme de la SNCF ce mardi après-midi. Un texte assez largement remanié par rapport à celui voté par l'Assemblée nationale. Même si le gouvernement reste inflexible sur l'essentiel, certaines demandes des syndicats réformistes ont été prises en compte.

La grève des cheminots est programmée, en principe, jusqu'au 28 juin.
La grève des cheminots est programmée, en principe, jusqu'au 28 juin. © Maxppp - © Maxppp

Si le texte que va voter le Sénat ce mardi après-midi ne revient pas sur l'ouverture à la concurrence de la Sncf, la fin du statut des cheminots ou la transformation de la compagnie ferroviaire en société par action, il tient compte des demandes des syndicats réformistes comme l'Unsa et la CFDT. Les deux syndicats ont voulu encadrer le volet social de la loi en particulier la question de la privatisation rendue, en principe, impossible. 

Les cheminots ne seront pas tous obligés d'aller à la concurrence qui aurait remporté un appel d'offre pour assurer la continuité du service public. Ils pourront aussi réintégrer la SNCF jusqu'à huit ans après leur transfert.  

Vers une sortie de grève ?

Fortes de ces avancées obtenues en négociant avec le gouvernement, l'Unsa et la CFDT seraient prêtes à sortir de la grève commencée début avril. Cela dit il reste encore une étape importante à franchir. Le 13 juin prochain, les députés et les sénateurs doivent s'accorder sur un texte commun qui doit être voté en dernière lecture à l'Assemblée nationale. 

Les syndicats veulent faire pression au moins jusqu'à ce moment-là. Ensuite chacun pourrait partir de son côté car la CGT et Sud Rail qui appellent à un rassemblement aux abords du palais du Luxembourg au moment du vote, ne l'entendent pas de cette oreille. Les deux syndicats les plus opposés à la réforme restent pour le moment déterminés à poursuivre la grève jusqu'au 28 juin.