Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La région présentera de nouveau le projet de ligne ferroviaire Orléans-Châteauneuf en 2022

-
Par , France Bleu Orléans

Le préfet du Loiret a décidé de ne pas signer la déclaration d’utilité publique pour l’ouverture de la ligne aux voyageurs entre Orléans et Châteauneuf-sur-Loire. La région a pris acte de la décision. Mais son président veut présenter à l'Etat un nouveau dossier pour 2022.

Encore un coup d'arrêt pour la ligne ferroviaire Orléans - Châteauneuf
Encore un coup d'arrêt pour la ligne ferroviaire Orléans - Châteauneuf © Maxppp - maxppp

Loiret, France

Le projet de ligne ferroviaire entre Orléans et Châteauneuf est-il définitivement enterré ? La question revient dans l'actualité, parce que le préfet du Loiret vient de refuser de signer la déclaration d'utilité publique. Le projet vise à rouvrir à la circulation des trains de voyageurs sur la portion de 27 kilomètres entre les deux villes. La ligne a été fermée en 1939. Elle n'est plus utilisée que par le fret. Le projet devait donc permettre de faire voyager 8000 personnes par jour à l'Est d'Orléans. 

Le rapport Spinetta, fossoyeur du projet ? 

Il y a quelques mois un élément a tout remis en cause : le rapport Spinetta - commandé par le gouvernement - qui veut fermer les lignes ferroviaires les moins fréquentées. La région a donc préféré sauver 5 lignes locales menacées de fermeture, dont l'état veut se désengager, "il n'était pas question de supprimer cinq lignes qui font vivre notre territoire pour en ouvrir une seule," nous disait François Bonneau, le président de la région. C'est pourquoi la région Centre-Val de Loire avait transféré sur ces petites lignes l'argent prévu à l'ouverture du tracé Orléans-Châteauneuf. 

Du coup, le préfet du Loiret estime qu'il n'avait pas d'autres choix, qu'il ne pouvait pas signer la déclaration d'utilité publique. "Avant de signer la DUP, il y avait juridiquement un élément à prendre en compte," explique Jean-Marc Falcone, "c'était l'équilibre financier du projet." "Un équilibre impossible à tenir," estime-t-il, "compte tenu du redéploiement des fonds décidé par le conseil régional sur les petites lignes ferroviaires. Je n'étais pas en capacité de signer cette déclaration d'utilité publique." La perte de la subvention européenne de 40 millions d'euros, pour ne pas avoir pu commencer les travaux dans les temps était le principal obstacle à la déclaration d’utilité public par le préfet.

Un autre projet déposé pour 2022

La ligne Orléans-Châteauneuf est-elle enterrée ? Bien sûr, c'est très mal engagé. Mais le projet n'est pas mort pour autant. Le président de la région François Bonneau veut tout remettre à plat : "on travaille à un nouveau montage financier, un nouvel appel aux fonds européens, une nouvelle consultation" et il présentera de nouveau un dossier à l'état, "mais pas avant 2022," précise-t-il. Et tout l'argent dépensé jusqu'à maintenant n'est pas perdu. "Les études et les expertises restent valables," ajoute François Bonneau, "ce n'est pas de l'argent gaspillé car la transition écologique est une nécessité. Ce projet est important pour l'est d'Orléans." Le projet était estimé à 200 millions d'euros. Le rapport d'enquête publique avait été remis le 11 janvier en préfecture. Le  commissaire-enquêteur avait rendu un avis favorable en l’assortissant  de deux réserves techniques qui avaient été levées, notamment pour le passage à niveau de Châteauneuf-sur-Loire. Le train devait être sur les rails pour 2021, il faudra ajouter quelques années ... 

Ecoutez la réaction de François Bonneau, le président du conseil régional Centre-Val de Loire