Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Riche : "Savoir qu'aucune voiture ne passe devant la sortie de l'école, ça rassure tous les parents"

-
Par , France Bleu Touraine

Alors que Tours expérimente à partir de cette semaine l'interdiction ponctuelle de circuler aux abords de cinq écoles, France Bleu Touraine est allée à La Riche où le dispositif des rues scolaires est déjà en place depuis quatre ans autour de deux écoles élémentaires.

De lourdes barrières bloquent chaque extrémité de deux rues autour du groupe scolaire Paul Bert-Ferdinand Buisson, à la Riche, aux heures des entrées et sorties.
De lourdes barrières bloquent chaque extrémité de deux rues autour du groupe scolaire Paul Bert-Ferdinand Buisson, à la Riche, aux heures des entrées et sorties. © Radio France - ©Boris Compain

France Bleu Touraine vous l'avait révélé la semaine dernière : à partir de cette semaine, la municipalité de Tours expérimente le dispositif des "rues scolaires". C'est-à-dire que la circulation est totalement interdite pendant une demi-heure, matin et soir, sur environ 200 mètres, à proximité de l'entrée de cinq écoles : l'école Jules-Verne, l'école Velpeau, l'école Rabelais, l'école Clocheville et le groupe scolaire Giraudoux-Rimbaud. Il s'agit de sécuriser l'entrée et la sortie des élèves, tout en leur faisant respirer moins de pollution. Ce dispositif est déjà en vigueur depuis 4 ans dans une ville voisine de Tours, à La Riche.

Reportage de Boris Compain à la Riche

Quatre ans après son instauration, le dispositif n'est plus contesté par personne à La Riche

Depuis début 2017, la circulation est bloquée temporairement, chaque jour, près des entrées et sorties du groupe scolaire que forment deux écoles élémentaires de 190 élèves, Paul-Bert et Ferdinand-Buisson.

Quatre fois par jour, un agent municipal de La Riche vient basculer de lourdes barrières : de 8h15 à 8h45, puis de 16h15 à 16h45, elles bloquent chaque extrémité des rues Paul-Bert et Ferdinand-Buisson. L'entrée des élèves se fait beaucoup plus sereinement, selon Isabelle Maudhuizon, la directrice de l'école élémentaire Buisson, "ça a beaucoup contenté les familles, car _bien que la rue soit en sens unique, on a malgré tout des véhicules qui se présentaient à vitesse assez rapide devant l'école_. Et là, ça a vraiment permis de sécuriser les entrées et sorties des élèves".

Des parents rassurés

Preuve de l'utilité du dispositif, il y a trois ans, un enfant de CE2 a été renversé et blessé dans cette rue, un mercredi après-midi, quand les barrières n'étaient pas fermées. Tous les parents rencontrés devant l'école se disent rassurés par ce système. Cette mère de famille en profite aussi pour donner un peu plus d'indépendance à son fils de CM1, "depuis cette année, je me gare ici, pas trop loin des barrières. Je reste ici, mais mon fils peut faire tout seul les 100 mètres jusqu'à l'entrée. On sait qu'il est content parce qu'il n'y a pas maman ni papa qui le surveille, alors qu'en fait je le surveille de loin, même si il ne risque rien. Ça lui donne un peu plus de liberté pour, peut-être, avoir un peu plus de confiance en lui plus tard".

Les seules critiques concernent certains automobilistes. Il y a des stationnements, pas très loin du groupe scolaire, mais certains préfèrent rester en double-file tout près des barrières, pour s'éviter quelques pas. "Il y a trop de conducteurs qui se mettent en warning et des fois, ça en devient un peu dangereux" s'indigne un papa qui attend ses deux enfants. "Les gens ne font pas la démarche de se garer un petit peu plus loin. Pourtant, il y a le supermarché qui est juste à côté, mais il faut marcher deux, trois minutes et certaines personnes ne veulent pas le faire".

Depuis son instauration dans ce groupe scolaire de La Riche, le dispositif n'a plus jamais été abordé en conseil d'école. Preuve qu'il fait l'unanimité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess