Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La route de la Vésubie fermée encore plusieurs jours

lundi 27 mars 2017 à 5:40 Par Noémie Bonnin, France Bleu Azur

Depuis l'éboulement, le 16 février dernier, un peu au-dessus du Cros d'Utelle (Alpes-Maritimes), les habitants découvrent, parfois au jour le jour, le prolongement des travaux et la fermeture de cet axe fréquenté.

La route de la Vésubie est fermée entre 9 heures et 17 heures, en semaine.
La route de la Vésubie est fermée entre 9 heures et 17 heures, en semaine. © Radio France - Noémie Bonnin

Saint-Martin-Vésubie, France

Le 16 février dernier, un éboulement important se déclenche sur la route de la Vésubie, à deux kilomètres au nord du Cros d'Utelle. Depuis, la route est fermée la semaine, entre 9 heures et 17 heures. Elle va le rester encore jusqu'à ce vendredi inclus, au moins.

"C'est un chantier très compliqué" explique Eric Descamps, géologue à la Métropole Nice Côte d'Azur. "L'éboulement a été conséquent, 1000 mètres cube de matériaux sont partis et on est 400 mètres au-dessus de la voie". Eric Descamps explique aussi pourquoi les travaux sont suspendus dès qu'il pleut : "Comme sur tout chantier acrobatique, on ne peut pas travailler par mauvais temps, parce que l'eau s'infiltre dans la roche, et le risque de nouvel éboulement devient très important. On ne peut pas surexposer les ouvriers, c'est trop dangereux".

Pour sécuriser la falaise, des barrières provisoires sont en train d'être installées, avant d'autres protections (grillagées), celles-ci définitives. "On avait une vue d'ensemble, mais une fois sur le terrain on se rend compte de choses qui sont différentes, et beaucoup plus compliquées" conclut le géologue. S'ajoute à cela les travaux pour installer la fibre optique (enfouissement), prévus eux depuis longtemps.

Les habitants et commerçants de la vallée pénalisés

Mais les habitants, eux, sont pénalisés par cette coupure de route. Il leur faut faire un détour, pour remonter la vallée : soit par Duranus/Levens, soit par Tinée/Valdeblore, ce qui représente du temps en plus. Les commerçants de la Vésubie, eux, constatent une activité en baisse, depuis les travaux. "Les gens ne peuvent pas monter, pas descendre, donc ils ne viennent pas", se désole par exemple Dominique, qui tient le café-restaurant des Alpes, à Saint-Martin-Vésubie. "D'habitude, je tourne à vingt, trente couverts le midi, là j'en fais quatre. Après, il faut bien les faire ces travaux", tente de relativiser Dominique.

Car sur l'intérêt de ce chantier, il n'y a pas de débat dans le village : il faut bien sécuriser la falaise après l'éboulement, et l'arrivée du très haut débit grâce à la fibre optique est bien vue. Mais "de nombreux commerçants et artisans sont mécontents", assure Bernard Ramin, à la tête de l'association des commerçants de Saint-Martin-Vésubie. "Moi par exemple dans ma jardinerie, je constate des problèmes d'approvisionnement. Les fournisseurs ne nous livrent pas. Des colis restent sur Nice, il faut attendre 4 ou 5 jours pour être livré."

Les travaux de sécurisation de la falaise sont difficiles. - Radio France
Les travaux de sécurisation de la falaise sont difficiles. © Radio France - Noémie Bonnin

Mais tous les habitants du village ne sont pas forcément sur la même ligne. "On s'adapte", raconte par exemple Marie, dans son institut de beauté. "On n'est pas du tout enclavé. Il y a des alternatives ! Moi je suis enseignante à Nice trois jours par semaine, je m'organise". Marie fais du covoiturage avec plusieurs collègues. "C'est une pratique qu'on n'avait jamais imaginée, mais finalement on pourrait bien la garder après les travaux ! Ce qui me gêne, c'est que plus personne ne veut faire des efforts. Mais parfois, c'est nécessaire pour avancer."

Le Haut-Pays ne doit pas être sacrifié" -

Romane, de l'association Les amis de St Martin Vésubie

Une pétition en ligne a quand même été lancée, contre la fermeture de la route de la Vésubie. Elle rassemble à cette heure environ 250 soutiens. "Nous voulons une circulation alternée pour la vallée, qu'on ne nous bloque pas comme ça tous les jours de 9 heures à 17 heures. En plus on nous prévient toujours au dernier moment que la réouverture est reportée, ça suffit !" résume Romane Raiberti, de l'association "Les amis de St Martin Vésubie", à l'origine du texte. "Le Haut-Pays ne doit pas être sacrifié, on doit pouvoir être pris en considération. Certes, en nombre d'habitants on n'est pas nombreux, mais le secteur est très important en termes de tourisme et d'accès. On peut s'adapter, c'est le propre des montagnards. Mais là on nous met devant le fait accompli, on subit au quotidien. On est d'accord pour les travaux, mais on veut des alternatives."