Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

La Sétram, le réseau de transports en commun du Mans, prépare le déconfinement

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

La Sétram, le réseau de transports en commun du Mans, travaille sur le déconfinement. Le trafic, qui est actuellement de 30%, devrait passer à 80% à partir du 11 mai. C'est le gouvernement qui tranchera pour dire si le port du masque sera ou non obligatoire.

La Sétram, le réseau de transport en commun du Mans prépare le déconfinement
La Sétram, le réseau de transport en commun du Mans prépare le déconfinement © Radio France - Christelle Caillot

Les bus et le tramway vont de nouveau circuler quasiment normalement à partir du 11 mai prochain, date du déconfinement. Mais est-ce que ce sera la même chose pour les usagers et les chauffeurs ? Le point sur les différentes mesures avec Jean-Paul Pringuet, le directeur de la Sétram.

C'est le gouvernement qui tranchera sur les masques

"On travaille actuellement sur l'offre de transports pour le 11 mai, souligne Jean-Paul Pringuet, le directeur de la Sétram. Et il est évident, qu'avec la reprise de l'école, nous privilégierons les établissements qui rouvriront en premier avec en moyenne 80% du trafic sur l'ensemble du réseau, soit un tramway toutes les neuf minutes. Sur la question des masques, c'est le gouvernement qui doit trancher; la décision n'appartient ni à la Sétram, ni à Le Mans Métropole. Pour l'instant, il s'agit de recommandations mais pas d'obligations". 

On n'est pas un distributeur automatique de masque ou de gants.

"C'est bien sur pas la Sétram qui va fournir des masques, poursuit Jean-Paul Pringuet, le directeur de la Sétram. On en n'a pas assez pour tout le monde (130.000 voyageurs par jour). Après, si le port du masque devient obligatoire dans les transports en commun, la question sera aussi de savoir comment le faire respecter. Pour les gants, même chose, on n'est pas un distributeur automatique. Si on mettait des distributeurs de gants, ils seraient pris d'assaut et le lendemain, on n'en aurait plus".

Le trafic qui est actuellement de 30% devrait passer à 80% à partir du 11 mai soit environ un tramway toutes les 9 minutes
Le trafic qui est actuellement de 30% devrait passer à 80% à partir du 11 mai soit environ un tramway toutes les 9 minutes © Radio France - Christelle Caillot

Les salariés protégés 

"Tous les salariés disposent de gants, de gel et tous les postes de conduite sont désinfectés. Ils n'ont pas de masque car pour le moment, ils sont totalement isolés de la partie voyageur. Si les voyageurs remontent dans les bus à l'avant, ils auront des masques et on étudie également la pose de vitres en plexiglas".

Jean-Paul Pringuet que "tous les véhicules sont nettoyés et désinfectés tous les jours; on a d'ailleurs multiplié le budget par deux depuis le début de la crise".

Des tramway plus longs dans les années qui viennent 

"Il n'y aura pas de sièges en moins dans les bus ou le tramway pour éviter la promiscuité, rajoute Jean-Paul Pringuet, le directeur de la Sétram. En revanche, c'est vrai que l'on étudie de faire des tramways plus longs. Ce n'est pas si simple que ça, et ça demande de gros investissements. Au-delà du fait de rajouter des rames, il faut aussi agrandir les quais car sinon, les usagers pourraient descendre en dehors des quais et se blesser. C'est un projet qui était envisagé avant l'arrivée du Covid19 pour améliorer les conditions des usagers". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu