Transports

La SNCF réalise son plus important chantier de modernisation de 2016 dans le Loiret

Par Stéphane Barbereau, France Bleu Orléans vendredi 15 janvier 2016 à 16:32

Le train-usine qui remplace les voies ferrées
Le train-usine qui remplace les voies ferrées © Radio France - Stéphane Barbereau

C'est un chantier à 70 millions d'euros. Depuis le début du mois, 500 ouvriers travaillent sur le renouvellement de la voie ferrée sur une partie de la ligne SNCF Orléans-Tours. 60 kilomètres de rails, de ballast et d'accroches à remplacer.

La neige et la température fraîche, à peine plus de 1°, ne perturbent pas ce vendredi matin les 500 ouvriers du chantier, à hauteur de Saint Ay. Casque blanc, gilet orange pour être bien vu sur la voie ferrée où circulent encore les trains, ces ouvriers démontent les voies existantes pour ensuite en reconstruire, dans la foulée, une nouvelle.

Pour cela, la SNCF fait appel à des entreprises privées et à leur machine impressionnante : une usine roulante longue de 750m. Des ouvriers sont partout : au-dessus, en-dessous. Une machine transporte même en haut du convoi les traverses en béton neuves qui serviront à maintenir les rails.

Un train usine reconstruit la voie enlevée par un engin le précédant - Radio France
Un train usine reconstruit la voie enlevée par un engin le précédant © Radio France - Stéphane Barbereau

Un chantier qui avance d'1 kilomètre chaque jour

Le premier engin de 750m de long, c'est "la dégarnisseuse" chargée d'enlever le ballast, les cailloux situés sous les rails et les traverses. Derrière, on trouve un deuxième convoi tout aussi long chargé d'étaler le nouveau ballast,* de poser les traverses* sur lesquelles viendront se poser les nouveaux rails. Bruno Bary est le responsable du chantier :

c'est un chantier qui s'étale sur 15 kilomètres, qui avance d'1 kilomètre par jour en moyenne.

Cela peut paraître extrêmement lent mais c'est beaucoup plus rapide que les chantiers habituels, avec des engins classiques. Là, on remplace seulement 70m de voies en une journée.

Difficulté supplémentaire sur ce chantier, il doit cohabiter avec des trains commerciaux et de fret en circulation. Chaque jour, il en passe 50 sur cet axe Orléans-Tours, soit 4 000 passagers transportés. La vitesse est donc réduite le long du chantier, pour garantir à la fois la sécurité des voyageurs (la portion en travaux est plus fragile) et la sécurité des 500 ouvriers sur place.

Un chantier qui occasionne des retards

Ces travaux entraînent des retards sur les Intercités et TER Orléans-Tours. La durée du trajet est rallongée de 9 minutes pendant 3 mois. Un désagrément pour apporter davantage de confort prochainement explique Emmanuel Laurent, le directeur régional de la SNCF :

Qui dit rails neufs, dit plus de rails cassés, plus de problèmes l'hiver, l'été. Le nivellement de la voie fera qu'on sera beaucoup moins secoué. Le matin, on pourra endormir un peu mieux entre Orléans et Tours

Emmanuel Laurent, le directeur régional de la SNCF - Radio France
Emmanuel Laurent, le directeur régional de la SNCF © Radio France - Stéphane Barbereau

Si la SNCF rénove ces voies, ce n'est pas pour faire rouler ses trains plus vite. Les Intercités et TER continueront à rouler à 200km/h sur cet axe, mais l'infrastructure sera a priori moins fragile, subira moins les aléas climatiques.

En queue de chantier, le train-usine pose de nouveaux rails. Une machine impressionnante qui soulève avec une facilité impressionnante les rails. Explications de Bruno Bary, le responsable du chantier à la SNCF :

CHIFFRES : 100 000 traverses en béton remplacées, 80 000 tonnes de ballast neufs déposés

Ecoutez le reportage sur le chantier