Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La SNCF souhaite simplifier son offre tarifaire

-
Par , France Bleu
France

Le patron de l'entreprise ferroviaire, Jean-Pierre Farandou affirme dans une interview parue chez nos confrères des Echos ce vendredi matin qu'il faut "imaginer un nouveau mode de tarification".

Jean-Pierre Farandou, le président de la SNCF
Jean-Pierre Farandou, le président de la SNCF © Maxppp - Marc Ollivier

Presque un an après son arrivée à la tête de la SNCF, Jean-Pierre Farandou fait le point sur la situation de l'entreprise dans une interview parue chez nos confrères des Echos. Le groupe a subi coup sur coup la grève la plus longue de son histoire sur la réforme des retraites et le confinement. Résultat, 10 à 15% de la classe affaires n'est pas encore revenue au train : "il nous faudra environ deux ans pour retrouver les courbes de trafic antérieures à la crise" estime Jean-Pierre Farandou.

Vers des tarifs simplifiés...

Alors que l'Etat vient de débloquer 4,7 milliards d'euros pour la SNCF dans le cadre du plan de relance, Jean-Pierre Farandou souhaite moderniser le réseau et développer le train de nuit. Le président de l'entreprise veut aussi rendre l'offre tarifaire plus lisible. "La perception c'est que le TGV est cher et c'est un problème", déplore-t-il. "Le prix moyen d'un billet de TGV est de 45 euros et cela a même tendance à baisser avec le développement de Ouigo. Nous devons réfléchir à une évolution de notre politique tarifaire, plus simple."

... mais pas forcément moins chers 

Actuellement, la SNCF dispose d'un modèle critiqué pour son opacité basé sur l'offre et la demande : l'entreprise vend d'abord les billets les moins chers jusqu'à épuisement et ensuite les plus chers. "Dans les années 1990, avec l'essor du TGV, nous avons mis fin à la tarification kilométrique, pour nous inspirer du modèle aérien", détaille Jean-Pierre Farandou. 

Cet ancien système va-t-il revenir à la mode ? Est-ce que les tarifs des TGV vont baisser ? Les réponses ne devraient pas être connues tout de suite, la réflexion sur ce nouveau système tarifaire doit prendre entre six mois et un an selon le patron de la SNCF.

L'an passé, la SNCF avait déjà fait le ménage dans son offre tarifaire en ne conservant que trois tarifs et en facilitant les échanges de billets sans toucher au système de fixation des tarifs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess