Transports

La SNCF va supprimer des liaisons TER en Auvergne-Rhône-Alpes

Par Yves Renaud, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 24 mars 2016 à 19:55

TER en gare de Firminy
TER en gare de Firminy © Radio France - yves renaud

En tout à l’échelle de la région ce sont vingt-et-une dessertes qui vont être retirées des tableaux horaires, dont treize dans la Loire.

Des suppressions de TER vont intervenir dès le lundi 4 avril et sont prévues au moins jusqu’au début du mois de juillet : deux suppressions entre Saint-Étienne et Firminy, trois entre Saint-Étienne et Montbrison et huit entre Saint-Étienne et Roanne. Les usagers dans le train entre Firminy et Saint-Étienne sont déjà au courant de ces possibles restrictions du nombre de trains en circulation et ne sont pas du tout d’accord avec cette idée.

Des usagers pas d 'accord avec l'idée

La SNCF justifie ces retraits par une mauvaise prévision des départs en retraite de ses conducteurs de TER sur la région, c’est en tout cas la raison invoquée officiellement par le PDG de l’opérateur ferroviaire Guillaume Pepy. Tout en précisant que les horaires choisis sont ceux qui impacteront le moins les usagers. Une double excuse qui ne convainc pas du tout le vice-président chargé des Transports, Patrick Mignola. Il faut se souvenir que la région et la SNCF sont liées par une convention pluriannuelle qui va se terminer cette année et qu’on est déjà en train d’évoquer la suivante prévue pour 2017-2022. La région assurant le financement des matériels et des infrastructures pour un cout des plus de 640 millions d’euros jusqu’à l’an dernier. La SNCF assurant de son côté avec cette somme le fonctionnement des trains sur les lignes régionales.

Coup de colère sur le sujet de Patrick Mignola le-vice président de la région Auvergne-Rhône-Alpes chargé des transports. Pour lui ce nouvel incident entre la SNCF et la région,c'est un peu la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Il va réclamer des comptes à la SNCF qui selon lui ne remplit pas sa part du contrat avec la région.Patrick Mignola

Coup de colère du vice président de la région Patrick Mignola

Montbrison, Roanne et Firminy concernées par ces restrictions - Radio France
Montbrison, Roanne et Firminy concernées par ces restrictions © Radio France - yves renaud

On s’achemine donc sans doute vers une demande de compensation financière de la SNCF vers la région qui pourrait se monter à près de 20 millions d’euros. Une chose est sure, ça ne va pas simplifier des relations déjà tendues entre l’opérateur SNCF et l’autorité régionale déjà en conflit sur la ponctualité et la régularité des trains.