Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La ville de Paris lance son dispositif de vidéo-verbalisation

jeudi 4 octobre 2018 à 16:01 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris et France Bleu

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a inauguré jeudi une salle de commandement dédiée à la verbalisation à distance. Des agents de surveillance de la ville traquent les infractions routières à l'aide des 1.200 caméras qui quadrillent la capitale. Ils peuvent sanctionner 400 conducteurs par jour.

Une trentaine d'agents de surveillance de Paris (ASP) ont été formés à la vidéo-verbalisation.
Une trentaine d'agents de surveillance de Paris (ASP) ont été formés à la vidéo-verbalisation. © Radio France - Nicolas Olivier

Paris, France

La vidéo-verbalisation passe à la vitesse supérieure dans la capitale. La maire de Paris a inauguré ce jeudi son dispositif municipal, opérationnel depuis le 17 septembre, qui permet de dresser 10.000 contraventions par mois. La ville a obtenu l'accord du Préfet de police pour pouvoir verbaliser à distance les conducteurs de deux et quatre roues motorisés, en consultant les images des 1.200 caméras de voie publique. Situés dans une salle de commandement à la caserne Napoléon (4e arrondissement), les agents réalisent une capture d'écran de chaque infraction constatée, avant de transmettre l'image à la Préfecture de police. L'automobiliste ou le motard reçoit la contravention à son domicile dans les cinq jours.

16 infractions peuvent être sanctionnées

L'éventail des infractions concernées est large : usage du téléphone, franchissement d'un carrefour non dégagé, arrêt sur un sas vélo, usage d'une voie de bus ou cyclable, ou refus de priorité aux piétons (passible d'un retrait de 6 points dès le 1er janvier). En tout, 16 infractions peuvent désormais être sanctionnées directement, à la volée.

Pour la maire de Paris, il s'agit surtout de renforcer la sécurité des piétons et des cyclistes, usagers particulièrement vulnérables.

Nous constatons beaucoup trop d'incivilités, beaucoup trop d'infractions, lorsque par exemple des motos roulent dans des couloirs de bus, lorsque l'on ne s'arrête pas à un passage piéton et que l'on risque de mettre en danger des vies... Tout cela va maintenant pouvoir être traité avec sérieux et rapidité, à grande échelle. Anne Hidalgo

La Préfecture de police dispose de sa propre unité de vidéo-verbalisation depuis 2013. Un service qui a déjà distribué plus de 80.000 procès verbaux en 2018. La coopération avec les agents de la ville "permettra de démultiplier cette action pour l'intérêt général, et la sécurité de tous" assure le préfet de police Michel Delpuech. Rappelant que depuis le début de l'année, les accidents de la circulation ont tué 24 personnes à Paris, dont 11 piétons, 10 usagers de deux-roues motorisés et 1 cycliste.