Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

La vitesse baisse, le ton monte chez les motards en colère de l'Yonne

jeudi 14 juin 2018 à 19:37 Par Denys Baudin et Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

Le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, en visite à Auxerre, a été interpellé par la fédération des motards en colère du département.

Les motards en colère contre les 80 km/h
Les motards en colère contre les 80 km/h © Maxppp - photo d'illustration

Auxerre, France

Le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, était dans l'Yonne ce jeudi pour défendre les mesures prises par le gouvernement pour tenter de sauver des vies sur les routes de France.  Une réunion avec des élus, à la maison de l'entreprise, devant laquelle une vingtaine de motards se sont invités. Une façon d'exprimer une nouvelle fois leur opposition à la réduction de vitesse à 80km/h sur toutes les routes secondaires, sans séparateur central, à compter du 1er juillet.  

Un accident mortel sur deux se produit sur le réseau secondaire

Selon Catherine Abella de Nouvrac, trésorière de la F-F-M-C 89 , (la Fédération Française des Motards en Colère dans l'Yonne) abaisser la vitesse ne résoudra rien : " On ne voit pas en quoi 10kmH vont changer quoi que ce soit, par rapport au nombre de vies sauvées. Au contraire ce sera de plus en plus dangereux. Nous on dit qu'il faut entretenir les routes, il y a des _nids de poules partout_. On demande le doublement des glissières de sécurité depuis des années, rien n'est fait. Il ya beaucoup d'autres mesures  à prendre avant ces 80km/h qui vont enquiquiner tout le monde."

Il faut déjà entretenir les routes- Catherine Abella de Nouvrac, de la FFMC 89

"ça ne va rien changer"

Emmanuel Barbe ,le délégué interministériel à la sécurité routière estime au contraire que  les motards ont tout à gagner dans cet abaissement de la vitesse : " Par kilomètre parcouru, vous avez vingt-trois fois plus de risque de mourir en moto que lorsque vous êtes en voiture. Il faut agir. Deux tiers des accidents mortels des motards sont provoqués par des chocs avec des quatre roues. Ce n'est d'ailleurs pas toujours la faute des motards. Si on baisse la vitesse moyenne du principal prédateur du motard, ce ne peut être que positif pour lui. Moi je suis motard et je ne comprends pas l'opposition à 80km/h du moins en tant qu'elle ne serait pas efficace pour les motards. " 

Je suis motard et je ne comprends pas l'opposition à 80km/h - Emmanuel Barbe 

"ça fait une vraie différence"

Emmanuel Barbe délégué interministériel à la sécurité routière - Maxppp
Emmanuel Barbe délégué interministériel à la sécurité routière © Maxppp - photo d'illustration

Selon le Comité Interministériel de la sécurité routière, les motards représentent 20% des morts sur la route. Emmanuel Barbe insiste donc que le côté salutaire de cette mesure : "10km/h _ça fait une vraie différence_. Ceux qui vivent dans les zones les plus rurales qui sont les plus touchés par la mortalité routière ont peur de perdre du temps sur les routes. cette appréhension n'est pas fondée selon les études menées. dans un an on se sera habitué et on verra que ça n'aura pas fondamentalement changé la vie."

Selon le comité interministériel de la sécurité routière, abaisser la vitesse de 10km/h permettrait de sauver entre trois cents et quatre cents vies chaque année.  

Sur la RN151 où est expérimentée depuis bientôt trois ans la vitesse à 80km/h, le nombre d'accidents et de blessés a été réduit de moitié. Un seul décès contre six auparavant. Depuis le début 2018 on déplore deux morts le 17 mai dernier.

"Dans un an on sera habitué"