Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Au Mans, la voiture LAPI qui verbalise automatiquement suspendue pour 3 mois

jeudi 15 février 2018 à 16:51 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Maine

La circulation de la voiture qui verbalise automatiquement les stationnements dangereux ou gênants va être suspendue pour 3 mois. La mairie veut par ailleurs répondre aux critiques de plusieurs résidents et professionnels manceaux qui se plaignent de PV excessifs.

La mairie a fait le point sur la politique de verbalisation des stationnements pour apaiser les tensions avec les habitants
La mairie a fait le point sur la politique de verbalisation des stationnements pour apaiser les tensions avec les habitants © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Le Mans, France

La voiture LAPI, pour lecture automatique des plaques d'immatriculation, qui verbalisait depuis six mois les manceaux garés dangereusement ou de façon gênante va rester au garage pendant trois mois. Sa période d'expérimentation touche à sa fin, et la mairie a choisi de ne pas renouveler le contrat : "on suspend le dispositif pour trois mois, le temps de vérifier quelles sont les améliorations possibles et de voir si nous sommes capables de maintenir la même politique de sanction sans", explique le maire Jean-Claude Boulard. 

La voiture LAPI, un dispositif à évaluer

Ce sont 31 PV que la voiture dresse par jour, plus de la moitié à 35 euros pour stationnement gênant (pour stationnement dangereux, l'amende grimpe à 135 euros). "On ne renonce pas définitivement à son utilisation, ajoute Christophe Counil, adjoint à la sécurité publique. On se donne trois mois pour essayer d'autre chose, avant un débat au conseil municipal où on tranchera". D'autant que cet outil fait débat du point de vue des libertés numériques : l'aspect automatique de la récolte des numéros de plaques d'immatriculation fait débat.

La mairie veut également vérifier si une politique de dissuasion des infractions peut être aussi efficace avec une voiture classique. Elle envisage donc de maintenir une "équipe volante" de deux agents, qui pourraient circuler à bord d'un véhicule classique pour faire de la prévention et verbaliser.

Apaiser les tensions avec les automobilistes manceaux

La mairie veut aussi apaiser les tensions qui se sont accumulées avec les habitants." Il y a plein d'endroits où cette voiture est passée, ce qui a permis de remettre de l'ordre dans les stationnements, sans qu'un seul PV soit dressé, affirme Christophe Counil. Il y a même des zones où on a abandonné son utilisation car elle ne permettait pas de faire de prévention, alors qu'on aurait pu verbaliser de nombreux véhicules"

On sent qu'il y a une légende urbaine qui s'est créée autour de cette voiture. Si j'écoute mes concitoyens : cette voiture est partout et flashe sans arrêt. C'est faux. On a utilisé cet outil surtout pour de la prévention. 

Les agents de la voiture LAPI ont régulièrement déposé des avertissements sur les pare-brises - Radio France
Les agents de la voiture LAPI ont régulièrement déposé des avertissements sur les pare-brises © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

L'adjoint à la sécurité en veut pour preuve que les agents à bord de la voiture LAPI ont régulièrement laissé des mots sur les pare-brises de voitures mal garées, pour prévenir qu'une sanction serait appliquée à la prochaine infraction.

Du côté des riverains, notamment des professionnels, la critique de la politique de verbalisation concerne pourtant moins la voiture LAPI que des agents de police. Le docteur Gilbert Terrades qui se déplace à domicile pour voir ses patients âgés s'est fendu d'un courrier au maire après une énième verbalisation de son véhicule. "Il y a deux semaines, je me suis garé à un endroit non signalé comme une place, mais ni gênant ni dangereux, explique-t-il, et je suis tombé sur deux agents qui m'ont verbalisé ! Je prends un tas de PV alors que j'ai le caducée médical sur ma voiture. Si ça continue, je vais arrêter les visites à domicile". 

Le docteur Terrades a reçu un PV de 35 euros lorsqu'il s'est garé à la même place que ce véhicule - Radio France
Le docteur Terrades a reçu un PV de 35 euros lorsqu'il s'est garé à la même place que ce véhicule © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Du côté de la mairie, on répond qu'un dialogue a été établi il y a deux semaines avec le Conseil de l'ordre des médecins. La ville du Mans indique ainsi que pour les stationnements gênants mais non dangereux de médecins, les agents verbalisateurs feront preuve d' "indulgence". Une réflexion est également en cours pour mieux définir les modalités de stationnement sur les places de livraisons, notamment pour les clients des commerces qui ne font parfois qu'un arrêt de quelques minutes.