Transports

La Yea!, la nouvelle voiture en libre-service s'installe dans les rues de Bordeaux

Par France Bleu Gironde, France Bleu Gironde vendredi 21 avril 2017 à 10:39 Mis à jour le lundi 24 avril 2017 à 17:21

La Yea! débarque à Bordeaux le 3 mai. Pas besoin de la réserver, pas besoin de la ramener à la borne, on la prend où on veut et on la ramène où on veut.
La Yea! débarque à Bordeaux le 3 mai. Pas besoin de la réserver, pas besoin de la ramener à la borne, on la prend où on veut et on la ramène où on veut. © Radio France - Mégane Fleury

Une nouvelle voiture en libre-service sera disponible en mai à Bordeaux. La Yea! a été créé par Citiz, qui louait déjà des voitures en centre-ville, cette fois, fini les bornes, l'utilisateur peut se garer où il veut. Un nouveau concept qui vise à séduire un public plus large.

Des petites voitures citadines rouges et noires. Difficile de rater les Yea!, ces nouvelles voitures en libre-service à Bordeaux. Disponibles début mai à la location, elles sont dispersées un peu partout dans la ville. Plus de bornes, l'utilisateur dépose la voiture où il veut, et pour la prendre, plus besoin de réserver. "On a un système de géolocalisation, quand on allume l'application, ou qu'on regarde sur son ordinateur, on voit où sont les voitures disponibles, on peut la réserver un quart d'heure avant, mais sinon on a juste à passer une carte ou utiliser son smartphone pour l'ouvrir", explique Guillaume Castevert, directeur adjoint de Citiz. Citiz, c'est un peu la grande soeur de la Yea!, le concept existe depuis 2001, on peut réserver des voitures et la récupérer à une borne.

"La contrainte, c'était de retourner se garer à la borne, et surtout, il y avait une heure de rendu, là, la Yea! on la prend le temps qu'on veut !" Il reste une contrainte tout de même, les voitures seront situées dans une zone qui va des boulevards rive gauche jusqu'à la Bastide rive droite.

20 Yea! seront disponibles dans le centre de Bordeaux.  - Radio France
20 Yea! seront disponibles dans le centre de Bordeaux. © Radio France - Mégane Fleury

Pour les fondateurs, l'objectif est de séduire un nouveau public. La moyenne d'âge des utilisateurs de Citiz est comprise entre 35 et 70 ans. "On veut toucher des gens qui ne viennent pas à l'autopartage naturellement. On vise les 18-35 ans, qui veulent un accès plus spontané avec moins de contraintes", souligne Guillaume Castevert. Lucile, 29 ans, est une grande utilisatrice des transports en commun, elle n'a jamais pris de voiture en libre-service.

Mais elle trouve ce nouveau concept plutôt intéressant. "Le fait qu'on puisse la poser où on veut, ça apporte de la simplicité et ça optimise un peu les déplacements. Je pense que c'est un service que je pourrais utiliser pour aller à la plage ou quand j'ai besoin d'aller chercher quelque chose un peu loin." Pour certains, c'est inimaginable d'abandonner la voiture individuelle. Anthony, 24 ans, utilise beaucoup les transports en commun, il a son véhicule, qu'il utilise le week-end ou quand il sort de Bordeaux. "Je me demande quand même si avoir un véhicule et le garder pendant des années , ce n'est pas plus intéressant de louer un véhicule ponctuellement comme ça. Je pense que pour des gens comme moi qui l'utilisent assez régulièrement, c'est plus rentable de garder son véhicule personnel."

Le service est facturé 0,10 centimes la minute et 0,35 centimes par kilomètre, plus on roule, plus le prix baisse. Pour les fondateurs, aucun doute c'est plus rentable qu'une voiture individuelle pour ceux qui font moins de 10.000 kilomètres par an, et qui n'utilisent pas leur voiture pour des trajets récurrents, type domicile-travail. "Rien que dans une rue, une voiture en autopartage peut remplacer neuf voitures individuelles", ajoute Guillaume Castevert. Pour l'heure à Bordeaux, 2.000 personnes utilisent les services de Citiz.

Yea!, une nouvelle offre d'autopartage débarque à Bordeaux - Reportage