Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le comité de défense de la gare d'Argenton menace de reprendre ses actions

-
Par , France Bleu Berry

En 2019, après des mois de manifestations, les usagers de la gare d'Argenton-sur-Creuse obtenaient le rétablissement de dessertes vers Paris. Mais depuis le confinement, des Intercités et TER auraient été supprimés. Le comité de défense menance de se mobiliser à nouveau.

En 2019, les usagers de la gare d'Argenton avait obtenu gain de cause pour de nouvelles dessertes.
En 2019, les usagers de la gare d'Argenton avait obtenu gain de cause pour de nouvelles dessertes. © Radio France - Aurore Richard

Le comité de défense de la gare d'Argenton-sur-Creuse prêt à repartir au combat. En 2019, après des mois de lutte et d'action Stop Train, il avait obtenu le rétablissement de liaisons quotidiennes entre Argenton et Paris. Mais le soulagement aura été de courte durée : depuis le confinement, les usagers subissent de nombreuses suppressions de liaisions.

"Nous pouvons comprendre que pendant le confinement, des Intercités ou des Ter soient supprimés. Mais ce n'est plus le confinement là, c'est le couvre-feu. C'est très différent !" s'énerve Martine Irzenski, présidente du comité de défense de la gare d'Argenton-sur-Creuse. La porte-voix des usagers dénonce le fait qu'aucun intercité ne circule avant la fin d'après midi entre Argenton et Paris, rendant impossible le quotidien des Berrichons qui travaillent en région parisienne. 

Vers des actions stop train ?

"Et la Région a sa responsabilité aussi ! On nous a supprimé plein de TER! Comment font les gens qui vont travailler vers Issoudun, Vierzon, Châteauroux par exemple ? Le premier passe à 9h18. C'est trop tard !" dénonce la présidente du comité de défense qui liste les arguments mis en avant par la SNCF : "des travaux, et même le gel, quand il a fait froid, il y a quelques jours..."

Nous sommes complétement isolés ! Martine Irzenski

Face à cette situation, de plus en plus d'usagers, contraints et forcés, se tourneraient vers la voiture. Le comité de défense a écrit à la SNCF et menace désormais de reprendre ses actions "stop train" s'il n'obtenait pas gain de cause. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess