Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le Conseil d’État donne raison au Département pour la rocade nord de Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

Le Conseil d’État donne raison au Département sur le LIEN, la rocade nord de Montpellier. L’affaire est renvoyée devant la cour administrative d’appel de Marseille qui avait retoqué le projet il y a un peu plus d'un an.

Le projet avait été retoqué en appel (illustration)
Le projet avait été retoqué en appel (illustration) © Maxppp -

Montpellier, France

Le Conseil d’État donne raison au Conseil départemental de l'Hérault sur le LIEN, la rocade nord de Montpellier. La décision, qui date du 1er avril 2019, casse donc l’arrêt de la cour administrative d'appel de Marseille remontant à février 2018. C'est un revers pour le comité de riverain du LIEN et la commune de Grabels, à l'origine du recours.  

Cela concerne un tronçon de près de 8 kilomètres qui va de l'A750 à la R 986 (grosso modo de Grabels à Saint-Gély-du-Fesc) et qui correspond au chaînon manquant pour boucler la rocade nord de Montpellier. Dans ce secteur, la circulation est très difficile, notamment aux heures de pointe. On estime que, si le projet aboutit, 25.000 véhicules emprunteraient le LIEN chaque jour et le financement est évalué à 93 millions d'euros.

Le comité des riverains du LIEN et la commune de Grabels ont été condamnés à verser 1.500 euros chacun au Département. Le Conseil d’État renvoie l’affaire devant la cour administrative d’appel de Marseille qui devra la rejuger. En conséquence, l’arrêté préfectoral initial déclarant d’utilité publique les travaux est rétabli, en attendant le nouveau jugement.