Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Transports, circulation : les principaux points noirs en France

Le contournement est de Rouen sera-t-il la solution miracle contre les bouchons ?

Le contournement est de Rouen, une autoroute de 41,5 kilomètres pour relier l'A13 à l'A28, permettrait d'absorber les milliers de voitures et camions qui ne font que transiter par Rouen. Il pourrait voir le jour en 2024, mais suscite de nombreuses oppositions dans les 27 communes traversées.

Le projet de contournement est de Rouen semble sur le point d'aboutir (illustration).
Le projet de contournement est de Rouen semble sur le point d'aboutir (illustration). © Radio France - Stéphanie Berlu

Rouen, France

50 ans qu'on en parle. Mais cette fois le projet semble sur le point d'aboutir. Celui d'un contournement est de Rouen, pour détourner le très important trafic de transit - voitures et camions - qui traverse chaque jour Rouen, notamment sur les quais rive droite à quelques dizaines de mètres de la cathédrale.

Ce contournement c'est un projet d'autoroute à 2x2 voies, d'une longueur de 41,5 kilomètres et composée de neuf échangeurs. Elle relierait l’A28 au nord à hauteur d’Isneauville à l’A13 et l’A154 près d’Incarville, ainsi qu’à la RD18e près du rond-point des vaches. "Entre 20 000 et 30 000 véhicules emprunteraient cet axe tous les jours. Sa mise en service est prévue en 2024" explique le ministère de la Transition Écologique et Solidaire dans un document intitulé "Les engagements de l'Etat" (consulter ce document en PDF).

Je peux dire que le contournement verra le jour en 2024 - Damien Adam, député LREM de Rouen

Il montre que le contournement est de Rouen n'est plus un serpent de mer. Le projet n'a jamais été aussi concret. "La déclaration d'utilité publique a été signée en 2017, la ministre des Transports Elisabeth Borne a validé le projet en 2018 et cette année doit marquer le lancement de l'appel d'offres afin que les entreprises du BTP puissent déposer leurs dossiers de candidature. Et donc je peux dire que les travaux commenceront en 2022 et que le contournement verra le jour en 2024" affirme Damien Adam, député LREM de Rouen et fervent défenseur du projet.

Ajoutons à cela que le budget est bouclé. Le contournement est annoncé avec un coût de 886 millions d'euros HT. L'argent public sera majoritaire, notamment avec l'engagement des collectivités locales (Région, Rouen Métropole, et Département de la Seine-Maritime) qui apporteront 245 millions d'euros.

Bataille de chiffres

Pour ses défenseurs, et notamment le monde économique, le contournement est LA solution à l'engorgement routier de Rouen. "Avec ce contournement, nous aurions 5 000 camions en moins par jour sous le tunnel de la Grand Mare, une circulation sur les quais de la rive droite divisée par quatre et un trafic sur le pont Mathilde divisé par deux" explique sur son site internet, l'association pour le contournement est de Rouen.

Des chiffres largement surestimés estiment les opposants au projet. "Ce sont des chiffres totalement exagérés, on voit déjà bien qu'aujourd'hui les gens prennent moins leurs voitures, s'organisent" s'agace Guillaume Grima, l'un des membres du collectif non à l'A133-A134. L'association a déposé un recours devant le Conseil d'Etat, il doit être examiné dans les prochains mois.

Autre critique des opposants, l'aspect anti-écologique du projet. "On parle d'une bande de terre de 200 mètres de large qui va détruire des centaines d'hectares de terre mais aussi de l'habitat pour flatter la finance du BTP et le capital. C'est un projet fou qui va massacrer nos beaux paysages, notre belle vallée de l'Andelle. Et c'est un projet de classe car il faudra payer un péage pour emprunter ce contournement", dénonce Arnaud Levitre, le maire communiste d'Alizay, l'une des 27 communes qui sera traversée par la future autoroute. 

Le maire d'Alizay, au milieu des champs situés près du tracé probable du contournement est - Radio France
Le maire d'Alizay, au milieu des champs situés près du tracé probable du contournement est © Radio France - Antoine Sabbagh

"Et c'est un non-sens écologique à l'heure où ici nous avons un projet d'auto-suffisance alimentaire, avec des maraîchers qui vont venir s'installer ici pour fournir des légumes à notre restauration scolaire", poursuit l'élu qui dénonce aussi une contradiction entre ce projet et la volonté écologique affichée par Emmanuel Macron dans le Grand débat.

À lire aussi ►Transports, circulation : découvrez la carte France Bleu des principaux points noirs en France